Lettre ouverte de scientifiques pour les OGM

Une vingtaine de scientifiques de renom plaident pour les OGM en Europe à la veille d’un important vote de l’Union européenne sur le sujet. Selon les chercheurs, le continent n’atteindra jamais ses objectifs en terme de production à moins que les autorités n’autorise  leur utilisation.

Les scientifiques plaident que les recherches ont aidé à la compréhension des plantes et de leur comportement, ce qui a permis de produire des plantes plus adaptées à leur environnement. Ces dernières ont été plus efficaces à réduire la faim que la recherche biomédicale. L’Europe aura de plus de la difficulté à atteindre ses objectifs de sa politique Horizon 2020 sur la recherche et l’innovation de 80 milliards d’euros.

De nombreux défis se profilent, tels que le développement de plantes résistantes aux changements climatiques, la préservation de la biodiversité des cultures et la création d’une agriculture moins exigeante en eau, en énergie, en fertilisants et en pesticides.

Les chercheurs disent aussi avoir besoin de mener des recherches sur le terrain pour mieux comprendre leurs interactions dans l’environnement selon les conditions météos et les insectes nuisibles, ce qui est interdit d’an la plupart des pays européens. Et dans les endroits permis, les parcelles sont régulièrement détruites, entrainant des coûts importants du point de vue scientifiques et monétaires. Certains chercheurs ont également subi des menaces et ont vu leurs propriétés privées être vandalisées.

Les signataires de la lettre invitent les dirigeants à autoriser les plantes génétiquement modifiées ayant subies des évaluations sévères. Le moratoire appliquée en Europe a favorisé de grands groupes agronomiques et certaines plantes au détriment des petites sociétés et du secteur public en Europe.

“Nous pensons qu’une révision fondamentale de la réglementation des OGM est nécessaire selon les principes d’une évaluation et d’une approbation fondées sur la science, et sur la base de l’évaluation du caractère, plutôt que la méthode par laquelle il est atteint.”

Source: Daily Télégraph

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires