L’INRA va reprendre ses essais de vigne OGM en plein champ

Paris (France), 20 janvier 2003 – L’Institut national de la recherche agronomique va reprendre des essais en plein champ de vignes transgéniques résistantes à une maladie contre laquelle les traitements phytosanitaires restent impuissants, a annoncé l’INRA.

L’INRA avait suspendu il y a deux ans ses essais de vigne OGM en plein champ, très contestés par les écologistes.

Ces essais de vignes OGM résistantes à la maladie du court noué seront menés pendant cinq ans par les chercheurs de l’INRA de Colmar, sous réserve d’obtenir le feu vert des ministères de l’agriculture et de l’environnnement.

Ces essais OGM ne porteront que sur les aspects phytosanitaires, et non sur le développement commercial de nouveaux types de vignes, précise encore l’INRA. Les essais « ne concerneront que des surfaces limitées » tandis que les résultats scientifiques et le suivi environnemental feront l’objet d’une information locale.

La décision de l’INRA a été prise après consultation d’un groupe d’experts et de viticulteurs où les arguments pro et anti-reprise de ces essais ont été examinés. Les adversaires des essais estiment qu’ils peuvent contribuer à « brouiller l’image du vin, faisant courir un risque pour l’ensemble de la filière » et un risque de dissémination dans l’environnement.

Les partisans de ces essais ont souligné que le vignoble pouvait se trouver demain face à un fléau sans les moyens techniques pour y faire face. De plus, avancent-ils, il est nécessaire de trouver des alternatives aux produits phytosanitaires utilisés massivement dans ces cultures et qui sont dommageables pour l’environnement.

Sujet particulièrement sensible, les expérimentations d’OGM en plein champ ont suscité l’opposition virulente de nombreux écologistes. Le leader de la Confédération paysanne José Bové doit purger ainsi 14 mois de prison après sa condamnation pour la destruction de plants de riz transgénique et la révocation d’un sursis pour une précédente affaire d’OGM.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Institut national de la recherche agronomique (INRA)

http://www.corse.inra.fr/

Commentaires