L’UMQ réagit au rapport Ouimet

Gatineau (Québec), 15 mai 2009 – L’Union des municipalités du Québec (UMQ) est heureuse des conclusions du rapport Ouimet et souhaite que le gouvernement du Québec fasse siennes ses recommandations. « Le rapport répond en majorité aux demandes de l’UMQ. Nos membres ont été enchantésd’entendre aujourd’hui la vice-première ministre, ministre des Affaires municipales, des Régions et del’Occupation du territoire, déclarer lors de son discours à nos assises annuelles, que le rapport Ouimet est unepierre d’assise pour une occupation dynamique du territoire. D’ailleurs, l’UMQ a déposé la semaine dernière lesrésultats d’un sondage réalisé auprès de ses membres qui soulignait l’importance que la complémentaritérurale urbaine soit le fondement de la future politique d’occupation et d’habitation du territoire », a déclaré leprésident de l’UMQ et maire de Maniwaki, M. Robert Coulombe.

Dans son mémoire présenté devant la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire (CAAAQ),l’UMQ a insisté sur l’importance économique et sociale de l’agriculture et de l’agroalimentaire et réaffirmé laprimauté des activités agricoles en zone agricole. Pour l’Union il est primordial de renforcer l’économie agricoleà tous les niveaux, que ce soit en matière de formation, de relève, de capitalisation, de transformation ou dedébouchés. L’UMQ croit que l’agriculture a un bel avenir au Québec si elle se pratique au sein de collectivitésviables et dans le cadre d’une occupation dynamique des territoires.

L’Union compte parmi ses membres des municipalités de toutes tailles aussi bien urbaines que rurales. Plus de60 % sont des municipalités en milieu rural dont plusieurs sont situées dans des territoires agricolesdynamiques. Certaines agissent comme pôle agroalimentaire régional, alors que d’autres accueillentd’importantes institutions de formation en agriculture et en agroalimentaire. Cette grande diversité de sesmembres lui permet d’avoir un regard diversifié sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois enfonction des différents enjeux régionaux. L’Union est donc un acteur de premier plan.

Les audiences de la CAAAQ et le contenu de son rapport évoquaient clairement la nécessité de faire évoluer lerégime de protection du territoire agricole vers des objectifs plus soutenus de développement régional etd’occupation dynamique du territoire. La proposition de modification à la LPTAA proposée par le mandataire duministère, M. Bernard Ouimet, contient différentes mesures susceptibles de favoriser ces objectifs.

Par ailleurs, l’UMQ croit qu’il est essentiel que les travaux du chantier sur la protection du territoire agricolesoient considérés dans le cadre de la révision de la LAU présentement en cours au sein du ministère desAffaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire. L’UMQ a enfin tenu a saluer les mandatairesdu gouvernement, M. Michel A. Saint-Pierre et M. Bernard Ouimet, pour leur vision.

À propos de l’UMQ
Depuis sa fondation en 1919, l’UMQ représente les municipalités de toutes tailles dans toutes les régions duQuébec. Elle a pour mission de contribuer au progrès et à la promotion de municipalités démocratiques,dynamiques et performantes, dédiées au mieux-être des citoyens. La structure de l’UMQ, qui regroupe sesmembres en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, villes d’agglomération, grandesvilles et municipalités de la Métropole, est l’expression de toute la diversité et de la solidarité municipalequébécoise. Ses membres comptent près de 5 millions de citoyennes et citoyens.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ)
http://www.caaaq.gouv.qc.ca/

Union des municipalités du Québec (UMQ)
http://www.umq.qc.ca/

Commentaires