Maïs transgénique : faucheurs volontaires en Auvergne et dans le Loiret

Marsat (France), 14 août 2004 – Plusieurs centaines de militants anti-OGM ont détruit un champs de maïs transgénique à Marsat (Puy-de-Dôme), malgré la présence d’une centaine de manifestants pro-OGM et de 90 gendarmes mobiles.

Après quelques dizaines de minutes d’un face à face tendu, faits d’invectives et de bousculades, les membres du Collectif des faucheurs volontaires, 500 selon les organisateurs, 300 selon la police, ont renversé le grillage qui protégeait un champ de 5 hectares de maïs, dont une parcelle de 1,5 hectare de maïs transgénique.

Agitant des petits drapeaux jaunes annonçant « faucheur volontaire », les militants anti-OGM, parmi lesquels se trouvaient Gilles Lemaire, secrétaire national des Verts, et Gérard Leras, chef de file des élus Verts au conseil régional de Rhône-Alpes, ont rapidement détruit la quasi-totalité du champ en piétinant le maïs, au cri de « OGM, non, non et non! ».

Les gendarmes ne les en ont pas empêchés, se contentant de s’interposer entre des manifestants pro et anti-OGM, qui s’invectivaient violemment. L’un des « faucheurs » a reçu un coup de poing au visage et saignait, a constaté un journaliste de l’AFP.

Au bout de quelques minutes, une fois les plants piétinés, les manifestants se sont laissés repousser hors du champ. Deux militants anti-OGM ont été interpellés, selon un représentant de la préfecture sur place.

Parallèlement, environ 160 militants anti-OGM, selon la gendarmerie et les organisateurs, ont participé samedi après-midi près de Pithiviers (Loiret) à une opération similaire.

Les militants, soutenus par la Confédération paysanne et Les Verts, s’étaient rassemblés à l’appel du « Collectif des faucheurs volontaires d’OGM » sur une parcelle d’un peu moins de 3000 m2 à Greneville-en-Beauce, à quelques kilomètres de Pithiviers.

Parmi eux figuraient notamment les élus Verts Yves Contassot, adjoint au maire de Paris chargé de l’environnement, et Francine Bavay, vice-présidente du conseil régional d’Ile-de-France.

Une cinquantaine de gendarmes, appuyés par un hélicoptère, avaient été mobilisés. Les forces de l’ordre ne se sont pas opposées à l’arrachage mais ont contrôlé l’identité des conducteurs des véhicules transportant les militants à l’issue de l’opération.

Les manifestants ont arraché et piétiné une parcelle où ont lieu des expérimentations OGM en lien avec la firme américaine Monsanto, qu’ils jugent préjudiciable à l’environnement et à l’« agriculture paysanne », voire à la santé humaine.

Source : AFP

Commentaires