Moins de blé au Canada aussi

Le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire (AAC) a réduit ses prévisions en ce qui concerne les terres dédiées au blé de printemps en raison de la pression sur les prix du blé .

Le ministère anticipe maintenant une hausse de 3% des semis de blé, plutôt que 4% le mois dernier. Les semis de blé dur devraient suivre la même voie. Les semis de blé totaliseraient 9,15 millions d’hectares, comparativement aux prévisions de 9,33 millions.

Le ministère s’attend aussi à des rendements moyens pour une production de 28,60 millions de tonnes, soit une diminution de 3,12 millions de tonnes par rapport à l’an dernier et de 500 000 tonnes en deçà des prévisions de janvier d’AAC.

L’entreprise G3, qui a acheté la Commission canadienne de blé en 2015, a pour sa part réduit ses prévisions de rendements de blé de 5 à 7$ la tonne, selon le grade. La société attribue cette révision à la baisse aux récoltes en  Amérique du Sud qui augmente la disponibilité en blé et en soya sur les marchés.

Le ministère canadien a cependant laissé intactes ses prévisions pour les exportations de blé à 21,30 millions de tonnes, en hausse de 300 000 tonnes en raison d’une hausse des exportations de blé dur.

Le ministère de l’Agriculture a également fait paraître Les Perspectives agricoles canadiennes de 2017 qui fournissent une prévision des revenus agricoles dans le secteur agricole pour les années 2016-18.  Pour 2016, les revenus nets de 2016 des agriculteurs canadiens se sont chiffrés à 14,8G$, en baisse de 2% par rapport à l’année précédente. Une baisse plus marquée est attendue pour 2017 avec un déclin du revenu net de 7% pour s’établir à 13,8G$. Le revenu net comptant pour les deux années devrait toutefois se maintenir toujours au-dessus de la moyenne de 2011-2015.

Selon le rapport, le principal facteur de la baisse des revenus pour 2016 et 2017 est la faiblesse des marchés du bétail en Amérique du Nord, les prix des bovins et des veaux étant retombé sous leur niveau record atteint en 2015.Les recettes liées à l’élevage auraient diminué de 7% à 23,9G$. Une diminution supplémentaire de 4% est prévue pour 2017.

D’un autre côté, les recettes provenant des cultures devraient augmenter en 2016 et en 2017. La forte commercialisation du canola en 2016 et une augmentation globale du marché des céréales en 2017 seraient en cause, au moment où la récolte de l’automne dernier est commercialisé sur les marchés. AAC prévoit une hausse des recettes de 2% en 2016 à 32,6G$ contre une hausse de 1% pour 2017.

 

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires