Nestlé confiant sur son objectif de croissance en 2002

Genève (Suisse), 13 juin 2002 – Le géant suisse de l’alimentation Nestlé se dit très à l’aise avec son objectif 2002 de croissance réelle interne (RIG) de 4% mais prévient que le dollar faible pèsera sur ses bénéfices.

« Je me sens très à l’aise avec notre prévision de 4% », a déclaré le directeur général de Nestlé, Peter Brabeck dans une interview à Reuters.

« L’année 2002 reste dans le cadre que nous avions envisagé. Je ne vois pas de raison d’être plus optimiste, ou plus pessimiste qu’au début de l’année », a-t-il ajouté.

La croissance réelle interne du numéro un mondial de l’agro-alimentaire est ressortie au premier trimestre à 3,3%, inférieure à l’objectif annuel. Le 12 avril dernier, le directeur financier avait dit que le groupe enregistrerait très certainement un résultat meilleur au deuxième trimestre.

La croissance réelle interne, un indicateur central pour mesurer le niveau des ventes de Nestlé, exclut les variations de prix, les acquisitions et les mouvements sur les changes.

Nestlé rassemble des marques comme le café Nescafé, l’eau minérale en bouteille Perrier, les soupes Maggi et les aliments pour chats Friskies.

L’action baisse sur la prévision de bénéfice

Malgré cet optimisme affiché pour la RIG du groupe, l’action Nestlé a perdu 1,35% à 365 francs suisses en Bourse de Zurich.

Dans le climat actuel de défiance sur les marchés d’actions, les investisseurs ont en effet surtout réagi à la mise en garde de Brabeck, selon qui la faiblesse actuelle du billet vert aura un impact sur les bénéfices de Nestlé libellés en francs suisses.

« Il est clair que nous avons un effet de changes négatif », a-t-il souligné.

Brabeck a également dit viser cette année une augmentation des marges d’exploitation du groupe.

Le directeur général de Nestlé a ajouté que l’intégration du fabricant américain d’aliments pour animaux, Ralston Purina, au sein du groupe suisse, se déroulait « extraordinairement » bien.

Ralston Purina a été acquis l’an dernier pour 10,3 milliards de dollars.

« Nous sommes très fiers, non seulement que l’intégration avance comme prévu, mais aussi d’avoir une croissance du chiffre d’affaires supérieure aux prévisions », a-t-il souligné.

L’année 2002 devrait être une année de consolidation pour la première entreprise helvétique en termes de chiffre d’affaires, occupée à digérer plusieurs acquisitions, la plus importante restant Ralston Purina.

Nestlé travaille aussi sur plusieurs programmes de restructuration et d’économies dont il attend des gains de plusieurs milliards de francs sur les prochaines années.

En 2001, le bénéfice net du groupe a fait un bond de 16% à 6,7 milliards de francs pour un chiffre d’affaires en hausse de 4% à 85 milliards.

Le titre Nestlé a gagné 4% depuis le début de l’année, profitant du regain d’intérêt des investisseurs pour les aspects défensifs du géant suisse, sur un marché en quête de valeurs refuge par des temps incertains.

Source : Reuters

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Nestlé

http://www.nestle.ca/

Commentaires