Nouvelles inquiétantes en Europe et en Asie

29 novembre 2010 – En Europe, suivant la présentation et l’acceptation d’un plan de sauvetage de 85 milliards d’euro (113 milliards US) élaboré pour aider l’Irlande à se sortir de ses difficultés financières, les marchés estiment maintenant que ce pays ne serait pas en reste. Après la Grèce et l’Irlande, ce serait maintenant au tour du Portugal et même peut-être aussi de l’Espagne d’avoir besoin de plans de sauvetage pour remettre leurs économies sur pied.

À l’échelle mondiale, du point de vue des marchés financiers dans leur ensemble, ces difficultés que rencontrent plusieurs pays en Europe laissent planer un doute, celui qu’une nouvelle crise voit le jour et mine la reprise de l’économie depuis la crise financière de 2008.

En réaction aux troubles économiques des dernières semaines, l’euro a connu un important repli de sa valeur depuis le début du mois de novembre. Par la même occasion, la valeur du dollar américain, qui est en déroute depuis le début de 2010, a connu un revers important en progressant de plus de cinq points sur son Index depuis son creux de 2010 établi le 3 novembre dernier à 75,235 points.

En plus de rendre les marchés financiers nerveux, la situation en Europe n’avantage nullement les prix des grains puisqu’elle force à la hausse la valeur du dollar américain et, par la même occasion, augmente aussi celle des matières premières américaines comme les grains sur les marchés internationaux. Les perspectives de ventes à l’exportation des grains des États-Unis, principal pays exportateur de maïs et de soya dans le monde, pourraient donc être appelé à se replier si la valeur du dollar américain continue de s’apprécier, perspective peu reluisante pour les prix des grains.

Du côté de l’Asie, les nouvelles des derniers jours sont plus partagées. D’un côté, en raison de la surchauffe de son économie et du niveau d’inflation élevé, la Chine a été contrainte d’adopter plusieurs mesures économiques au cours des dernières semaines. Ceci a amené les marchés financiers à craindre entre autres un ralentissement des importations et de la consommation chinoises au cours des prochains mois.

Sachant que la Chine est aujourd’hui le plus important consommateur mondial de soya et le deuxième plus grand consommateur de maïs dans le monde après les États-Unis, la perspective d’un ralentissement éventuel des importations chinoises de matières premières comme les grains a donc contribué à freiner l’enthousiasme des marchés pour les grains. Par contre, le vent serait peut-être sur le point de tourner.

L’inflation alimentaire chinoise ayant atteint des proportions trop importantes au cours des dernières semaines, le gouvernement chinois serait présentement forcé d’ouvrir les portes de ses réserves de grains en vue de la contrôler. Or, plusieurs analystes des marchés des grains voient d’un très bon œil cette nouvelle situation. Celle-ci laisserait miroiter l’éventualité que la Chine devra éventuellement acheter des grains de manière plus importante au cours des prochains mois, perspective très intéressante pour les prix des grains en 2011.

Toujours du côté de l’Asie, cette semaine, les tensions sont montée d’un cran entre la Corée du Sud et du Nord. Selon les informations disponibles, la Corée du Nord aurait vivement réagi à des pratiques militaires sud-coréennes en les bombardant de plusieurs obus, ce qui aurait entraîné la mort d’au moins deux militaires et deux civils. Les marchés financiers ont dans l’ensemble mal réagi à cette nouvelle alors que les principaux indices boursiers se sont repliés. Ceci a aussi contribué à faire progresser davantage la valeur du dollar américain. Les prix des grains n’ont cependant pas mal réagi à cette nouvelle inquiétante.

Le fait qu’ils n’aient pas réagi ne représente pas par contre un gage qu’ils ne le seront pas advenant que la situation soit appelée à se détériorer entre la Corée du Nord et du Sud. Éventuellement, si elle persiste et s’aggrave, les craintes d’une nouvelle guerre pourraient miner le sentiment des marchés financiers et les inciter à la prudence, ce qui pourrait nuire à la progression des prix des grains.

Source : www.grainwiz.com

Commentaires