Noveko dévoile les résultats des tests d’efficacité du filtre à air antimicrobien destiné aux fermes porcines

Montréal (Québec), 10 décembre 2007 – Noveko International inc. est heureuse d’annoncer les résultats probants d’une série complète de tests démontrant la capacité de son filtre à air antimicrobien breveté d’empêcher l’introduction au bâtiment par voie aérienne du virus causant le syndrome reproducteur et respiratoire porcin (SRRP) – un virus quiinfecte jusqu’à 90 % des troupeaux porcins dans certaines régions à fortedensité animale, selon la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université deMontréal (2007)(1), et causant des pertes annuelles de l’ordre de150 millions $ pour l’industrie porcine canadienne et de 560 millions $ USpour l’industrie porcine aux Etats-Unis(2). Ces résultats permettent de penserque la filiale Noveko inc. a mis au point une nouvelle arme contre les virusporcins.

Une étude scientifique menée entièrement par des organismes spécialisés externes
Débutée en avril 2007, la série de tests a été menée conjointement par laFaculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal et le Centre dedéveloppement du porc du Québec inc. L’objectif de l’étude était de déterminerl’efficacité du filtre à air antimicrobien NovekoMC à empêcher la transmissiondu virus du SRRP par voie aérienne, en présence de porcs. Le dispositifexpérimental permettait la vaporisation, dans une chambre d’essai, pendantcinq minutes, de plus de 10 millions de virus du SRRP, auxquels ont étéexposés les animaux pendant six heures – ceux-ci se trouvaient dans une salledésinfectée adjacente, reliée à la chambre d’essai par le système defiltration. Notons que le taux de renouvellement de l’air dans ces chambresétait d’environ dix fois supérieur à une entrée d’air normale dans une fermed’élevage et que la quantité de 10 millions de virus transmis par brumisationétait nettement plus élevée que lors d’une contamination en conditionsréelles. Ce virus étant fortement infectieux, peu de particules virales sontnécessaires pour infecter un animal ; une exposition à dix particules ou moinspar voie intranasale ou intramusculaire suffit(3). Les analyses sanguines ontdémontré que 95 % des animaux exposés (19 porcs sur 20) n’ont pas étécontaminés au cours des essais. Ces résultats obtenus en conditionsexpérimentales extrêmes permettent de penser que le filtre à air antimicrobienNoveko(MC) a une capacité potentielle supérieure d’empêcher la transmission duvirus SRRP par voie aérienne, dans les conditions habituelles d’une fermed’élevage de porcs.

Les membres de l’équipe du projet, parmi lesquels le Dre Laura Batista dela Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, FrançisPouliot, ing., MBA, Valérie Dufour, M. Sc. et Michel Morin, agroéconomiste duCDPQ, ont indiqué que « l’utilisation d’un filtre tel que celui fabriqué parNoveko constitue une percée importante dans le domaine de la filtration d’airdans les bâtiments d’élevage de porcs, étant donné son efficacité à empêcherl’introduction au bâtiment par voie aérienne du virus SRRP, son coût abordableet sa facilité d’installation dans les fermes d’élevage conventionnelles. Lesystème de filtration de l’air développé par Noveko a le potentiel de fairepartie d’un protocole de biosécurité globale, qui devrait être mis en placesur les sites d’élevage afin de réduire de façon importante les risques detransmission de maladies à l’intérieur des troupeaux et qui peuvent avoir deseffets dévastateurs. »

« L’ampleur et l’impact économique des maladies au sein des élevagesporcins à travers le monde, l’innovation apportée par les fibresvirucides-bactéricides de la technologie de Noveko, les résultats des essaiset le coût abordable du système de filtration démontrent qu’il y a un bonpotentiel pour ce type de filtre au sein des élevages porcins pour le marchéde masse », ont-ils ajouté.

Un système de filtration à trois niveaux performant, durable, économique et facile d’entretien
Le système de filtration comporte trois niveaux – le premier retient lesparticules grossières – le second constitué d’une fibre virucide-bactéricidebrevetée comprend trois couches de filtres pour retenir les particules plusfines – le troisième niveau pourvu de sept couches de la même matrice maximisel’effet des agents virucides-bactéricides tout en minimisant la fréquence denettoyage. La durée estimée du filtre est de deux ans et celle du boîtier dedix ans. A titre d’exemple, sur une durée de vie évaluée à 10 ans, les coûtsd’utilisation des filtres dans une maternité atteindrait 1,76 $(4) parporcelet sevré, soit environ le prix d’un vaccin contre le virus SRRP.

« La preuve est faite que notre filtre, conçu spécifiquement pour desconditions difficiles du milieu agricole, est un moyen efficace et économiquede contrer les maladies dévastatrices transmissibles par voie aérienne dansles fermes d’élevage. Rappelons que devant l’ampleur des problèmes dans lesecteur porcin, la Table filière porcine du Québec avait mis l’emphase sur laprotection des cheptels contre les maladies à incidence économique majeure,dans son plan stratégique 2005-2009, indiquant la nécessité de mettre en placedes moyens pour diminuer l’impact des maladies dans les élevages de porcs.Notre filtre à air antimicrobien offre également un excellent potentiel pourempêcher la transmission d’autres types de pathogènes transmissibles par l’airdans d’autres types d’élevage. Nous sommes donc prêts à le commercialiser àl’échelle mondiale », a précisé M. André Leroux, président du conseil et chefde la direction de Noveko International Inc.

Alain Bolduc, président et chef des opérations de Noveko InternationalInc. souligne la contribution de chacun des partenaires de Noveko dans ceprojet, notamment le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et del’Alimentation du Québec via son Programme d’appui financier aux associationsde producteurs désignées, Volet « Initiatives » – la Faculté de médecinevétérinaire de l’Université de Montréal – la Fédération des producteurs deporcs du Québec – le Centre de développement du porc du Québec inc. – laSociété pharmaceutique Boehringer Ingelheim Vetmedica et la Société deséleveurs de porcs du Québec.

« Les résultats de ces tests menés dans des conditions expérimentalesextrêmes, prouvant la capacité de notre système de filtration d’empêcherl’introduction d’agents pathogènes tels que les virus, nous ouvrent la voie audéveloppement du marché des filtres à air pour les humains, notamment pour leshôpitaux et autres établissements de santé », a ajouté de M. Alain Bolduc.

Profil
Noveko International Inc. détient actuellement quatre filiales, soitS.A.S. ECM, Noveko inc., Laboratoire SyMa inc. (« SyMa ») et Bolduc Leroux Inc.(BLI). ECM est spécialisée dans le développement et la commercialisationd’échographes portatifs en temps réel pour les médecines animale et humaine.Noveko inc. développe les activités biomédicales et environnementales de laSociété, notamment sa technologie de filtration antimicrobienne brevetée etses produits dérivés (masques et filtres antimicrobiens NovekoMC). SyMa sespécialise dans la fabrication de produits d’hygiène assainissants, plusspécifiquement les produits antimicrobiens (pour mains, pieds, surfaces)commercialisés sous la marque AzuroMC. Pour sa part, BLI se spécialise dans latransformation et la distribution sur demande de produits d’acier selon lesspécifications et dessins du client et a développé et commercialise une gammede tables d’aspiration des polluants à la source pour divers marchés. LaSociété a débuté ses activités en septembre 2002 et elle est inscrite à laBourse de croissance TSX depuis le 3 février 2004.

    —————————    (1) FMV. 2007. Formation et recherche en santé animale : Préparer        l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois. Mémoire        présenté par Jean Sirois, doyen, à la Commission sur l’avenir de        l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois, 14 p.    (2) Neumann, E.J., Kliebenstein, J.B., Johnson, C.D., Mabry, J.W., Bush,        E.J., Seitzinger, A.H., Green, A.L. et J.J. Zimmerman. 2005.        Assessment of the economic impact of porcine reproductive and        respiratory syndrome on swine production in the United States. J Am        Vet Med Assoc., 227 (3) : 385-392.    (3) Yoon K.Y., Zimmerman J.J., Chang C-C, Cancel Tirado S., Harmon K.M.,        McGinley M.J.Yoon K-J, et C.C. Chang. 1999. Effect of challenge dose        and route on porcine reproductive and respiratory syndrome virus        (PRRSV) in young swine. Vet Res 30 : 629-638.    (4) Basé sur 23 porcelets sevrés par truie et incluant le coût en capital        et les frais d’intérêt, d’entretien et de réparation

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Échographes Noveko
http://www.noveko.com/

Commentaires