OGM : Les américains rejettent l’étiquetage des denrées alimentaires

France, 6 novembre 2002 – Les États-Unis sont le berceau des Organismes génétiquement modifiés et leur terre d’élection dans tous les sens du terme. Une initiative de l’état de l’Oregon a fourni une preuve flagrante de la différence d’état d’esprit à l’égard des OGM entre l’opinion américaine et l’opinion des Européens ou des Japonais également hostiles à la culture et à la consommation d’aliments génétiquement modifiés. L’obligation d’étiqueter les OGM a fait l’objet d’un vote en Oregon, qui s’est traduit par un «non» massif de 73% des habitants. Un résultat positif aurait conduit à l’adoption de la première réglementation de ce type aux Etats-Unis. L’industrie agro-alimentaire et divers partisans des OGM se sont mobilisés, levant 5 millions de dollars pour faire campagne contre cette initiative. Pat MacCormick, le président de la «Coalition contre le coûteux projet de loi sur l’étiquetage», a salué les résultats du scrutin comme le refus de céder à la psychose du risque alimentaire et l’expression de la confiance des américains dans la Food and Drug Administration, chargée de veiller à la sécurité des produits. Les opposants au développement des OGM ont refusé de voir une défaite de leur camp dans ce vote, affirmant au contraire que leur mouvement allait prendre de l’ampleur dans tout le pays.

Les États-Unis sont le premier producteur mondial de cultures OGM et notamment de soja génétiquement modifié. Le capital génétique de ces plantes est modifié pour résister aux maladies, réduire l’utilisation des pesticides et accroître le rendement.

Source : Les Échos

Commentaires