Parmalat veut créer une nouvelle société et garder les actifs US

Milan (Italie), 17 mai 2004 – Le groupe italien en faillite Parmalat, en publiant ses résultats pour les quatre premiers mois de l’année, a annoncé que le plan définitif de restructuration qui sera présenté à ses créanciers proposerait la création d’une nouvelle société qui reprendrait et les actifs et le passif du groupe.

Dans un communiqué, il précise que les actions de la nouvelle société pourraient être proposées en paiement « à tous les créanciers privilégiés et préférentiels et en paiement de créances non garanties ».

La nouvelle direction du groupe avait déjà dit auparavant projeter une conversion des créances en actions.

Pour les quatre premiers mois de l’année, le groupe agro-alimentaire, au centre, depuis décembre, du plus gros scandale financier qu’ait jamais connu l’Italie, a fait état d’une baisse de 12% de son chiffre d’affaires par rapport à l’an dernier, mais d’une hausse de son bénéfice hors exceptionnels.

Le bénéfice avant impôt, éléments financiers, provisions et amortissements (Ebitda) a totalisé 56,4 millions d’euros contre 53 millions sur la période correspondante de l’an dernier, le chiffre d’affaires revenant quant à lui à 1,58 milliard d’euros contre 1,79 milliard.

Parmalat possède une vingtaine de filiales qui sont, comme la société-mère, placées sous administration judiciaire et leur regroupement en une entité unique pourrait simplifier la négociations d’un accord avec les porteurs d’obligations et les banques créancières.

La nouvelle société pourrait en outre recevoir des fonds restitués par des banques qui étaient en affaires avec Parmalat s’il est apporté la preuve de l’irrégularité de versements opérés auprès de ces établissements par les anciens dirigeants du groupe.

Parmalat a précisé que, contrairement à ce qui avait été d’abord envisagé, sa filiale américaine Farmland Dairies LLC ne serait pas revendue mais qu’elle ferait l’objet d’une restructuration.

La décision de Farmland de mettre sur pied un plan de restructuration a reçu le soutien d’établissements concernés par une procédure de faillite du chapitre 11 « et il a donc été décidé de ne pas vendre les principales activités de Farmland Dairies », peut-on lire dans un communiqué.

Des sources proches du groupe avaient rapporté la semaine dernière qu’il envisageait de conserver ses activités aux Etats-Unis, les offres reçues pour ces actifs s’étant avérées inférieures à ce qu’il espérait.

Après la révélation d’un énorme scandale comptable, Parmalat s’est effondré à la fin de l’an dernier, accusant un passif chiffré maintenant à 14 milliards d’euros.

Source : Reuters

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Farmland Foods
http://www.farmlandfoods.com/

Parmalat Canada
http://www.parmalat-ca.com/

Commentaires