Plants/hectare ou épis/hectare?

L’évaluation de la population de maïs devrait se faire en épis à l’acre et non pas en plants. C’est ce que croit Ken Ferrie, un consultant en Illinois surveillant environ 350 000 acres de maïs, soya et blé. Aussitôt que le maïs atteint le stade de six feuilles, il est possible de prédire le nombre d’épis par acre ou hectare. Et ce sont les épis qui composent le rendement, pas les plants.

Selon son expérience, tous les plants en retard d’une feuille déployée (collet visible) ou double (deux grains semés en même temps) sont problématiques. Souvent, le plant dominant produit un épi, mais pas le plus petit. Ce dernier demeure en retard toute la saison et soutire des nutriments et de l’eau sans pour autant contribuer au rendement final. Quelquefois, un épi peut quand même se former sur ces plants. Mais le délai dans l’apparition des soies réduit les chances de pollinisation de deux façons : il n’y a plus de synchronisation entre le pollen et les soies, puis les plants sont plus sensibles aux dommages par les insectes, comme la chrysomèle qui coupe les soies.

Pour identifier la cause des irrégularités, il faut investiguer le plus tôt possible en saison. Le spécialiste mentionne qu’il n’a jamais rencontré un insecte ou une maladie responsable de deux plants de maïs semés en même temps. Il s’agit d’un problème de planteur.

Si l’émergence n’est pas uniforme, le retard dans la croissance affecte également les racines du maïs. Si deux plants ne sont pas au même stade, ils ne pourront pas se reconnaître comme étant de la même famille et engageront une lutte pour l’eau et les nutriments du sol.

« C’est au stade de quatre feuilles (quatre collets visibles) que le maïs détermine quels nœuds seront susceptibles de porter des épis », précise le spécialiste. Plus le nombre d’épis formés est élevé, plus le potentiel de rendement est élevé. Au stade V6-V7, le rendement maximum est fixé. Par la suite, le maïs poursuit sa croissance, mais aucun épi ne pourra s’ajouter.

Source : Corn+soy+wheat Handbook

 

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires