Procédé alimentaire permettant de réduire la consommation d’énergie et d’augmenter la qualité

Saint-Hyacinthe (Québec), 9 octobre 2002 – Un environnement en santé et des aliments qui font saliver les Canadiens, voilà un des objectifs d’un nouveau procédé de mise en pots et en conserve. Le projet de recherche innovateur se déroule au Centre de recherche et de développement sur les aliments, d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, à Saint-Hyacinthe.

Le projet de recherche vise à développer une technologie qui permettra de réduire la consommation énergétique pour la mise en pots et en conserve d’aliments liquides ou solides tels que des fruits, des légumes et des morceaux de viande, comme on retrouve dans les soupes ou les sauces.

Cette méthode comporte plusieurs avantages notamment une réduction de 30 pour cent de la consommation d’énergie lors du procédé thermique, la réduction de 17 pour cent des émissions de gaz à effet de serre et surtout, une meilleure qualité des aliments qui conserveront ainsi leur goût, une texture plus croquante, des couleurs plus vives, ainsi que la conservation des vitamines et des nutriments. Ce procédé permettra également de réduire les coûts de fabrication pour les transformateurs alimentaires.

Dans le secteur de la transformation alimentaire, la technique de mise en pots ou en conserve demeure la plus consommatrice d’énergie et une des plus importantes productrices d’émissions de gaz à effet de serre. Le contenu de la conserve est chauffé à très haute température, jusqu’à 121 Celsius, durant un minimum de trois minutes afin d’assurer la salubrité des aliments.

Le nouveau procédé sur lequel travaille l’équipe du Dre Michèle Marcotte vise à suppléer la méthode à haute température utilisée présentement par une technologie en deux étapes. La première étape consiste à acidifier des aliments en deçà d’un pH de 4,6, ce qui permet de réduire la température de la pasteurisation subséquente, tout en s’assurant de la salubrité du produit.

« Ce projet de recherche reflète le leadership en innovation ainsi que la volonté de satisfaire aux plus hauts standards de salubrité et de qualité des aliments qui caractérisent l’esprit du Cadre stratégique pour l’agriculture », a déclaré le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief. « En alliant la recherche à l’innovation en passant par le respect de l’environnement, nous reconnaissons les attentes élevées des consommateurs d’aujourd’hui. »

Le Cadre stratégique pour l’agriculture, sur lequel travaillent les gouvernements fédéral et provinciaux de concert avec le secteur, vise à faire du Canada le chef de file mondial en matière de salubrité et de qualité des aliments, de production respectueuse de l’environnement et d’innovation.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Centre de recherche et de développement sur les aliments (CRDA)

http://res.agr.ca/sthya/index.htm

Commentaires