Équiterre se réjouit de la tenue d’un

Montréal (Québec), 4 août 2003 – Équiterre, organisme voué à la promotion de choix écologiques et socialement équitables, se réjouit de la tenue prochaine d’un important débat public sur la sécurité alimentaire et sur les enjeux que représentent les problèmes actuels du système alimentaire québécois.

« Les liens entre la santé publique, l’alimentation et l’agriculture préoccupent de plus en plus la population », a déclaré Sidney Ribaux, coordonnateur général d’Équiterre. « Alors que l’Europe, aux prises ces dernières années avec les cas de maladies de la vache folle et forte d’une bonne réflexion sur la question des OGM, fait preuve d’un grand leadership en ces domaines, il est temps que nous nous penchions à notre tour sur ces enjeux », a-t-il ajouté.

Pour Équiterre, la sécurité alimentaire inclut les questions de santé, mais également l’ensemble du processus de production alimentaire. Ainsi, l’agriculture biologique locale propose une alternative aux problèmes actuels du système alimentaire, notamment en excluant l’usage des OGM, des engrais et des pesticides de synthèse. À cet égard, une étude étasunienne réalisée en 2002 démontre que les enfants dont l’alimentation était essentiellement biologique (75% ou plus de leur alimentation) étaient significativement moins exposés aux pesticides que les enfants dont l’alimentation était essentiellement conventionnelle (75% et plus). Équiterre est actif dans la mise en place de systèmes alimentaires alternatifs, tels le Réseau d’Agriculture soutenue par la communauté (ASC) et le projet Garderie bio, lesquels contribuent à renforcer la sécurité alimentaire en permettant la restauration du lien entre les citoyens et les agriculteurs. L’accessibilité aux aliments biologiques du Québec est ainsi un important facteur contribuant à la sécurité alimentaire.

Équiterre salue l’unanimité des députés de la Commission parlementaire sur l’agriculture , des pêcheries et de l’alimentation au sujet de la tenue de ce débat et note de plus que leurs préoccupations concordent avec celles exprimées par l’organisme il y a quelques mois dans le cadre des audiences publiques sur la production porcine au Québec.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Équiterre
http://www.equiterre.qc.ca/

Commentaires