Recettes monétaires agricoles en 2005

Ottawa (Ontario), 27 février 2006 – Les recettes monétaires du marché des agriculteurs canadiens ont légèrement augmenté en 2005, la diminution des recettes des cultures ayant été plus que compensée par la hausse importante des recettes du secteur du bétail, qui se remet de la situation de l’ESB (maladie de la vache folle). Les recettes monétaires du marché correspondent aux recettes tirées de la vente de cultures et de bétail.

Les recettes brutes du marché des agriculteurs se sont élevées à 32,0 milliards de dollars, en hausse de 1,1 % par rapport à 2004. Ce montant a dépassé de 2,2 % la moyenne quinquennale précédente de 2000 à 2004, mais est demeuré de 2,0 % inférieur au sommet de 2002.

Les recettes du bétail ont atteint des niveaux plus près des moyennes historiques, le secteur des bovins et des veaux ayant continué à se remettre des retombées de l’ESB sur le marché. Les recettes du bétail ont crû de 7,4 % pour s’établir à 18,4 milliards de dollars, en hausse de 5,2 % par rapport à la moyenne quinquennale précédente.

Par ailleurs, les recettes des cultures ont fléchi de 6,2 % pour passer à 13,6 milliards de dollars, en baisse de 1,6 % comparativement à la moyenne quinquennale précédente. Les revenus des producteurs de cultures commerciales canadiens ont diminué malgré l’augmentation des livraisons. Les recettes des principales céréales et des principaux oléagineux ont accusé un recul de 13,0 % par rapport à 2004 et de 11,6 % par rapport à la moyenne quinquennale précédente. L’abondance des approvisionnements mondiaux de grains, y compris l’approvisionnement national de moindre qualité issu de la récolte de 2004, et la vigueur du dollar canadien ont continué à faire baisser les prix, qui dans certains cas ont atteint des creux quasi record.

Les recettes monétaires agricoles totales, soit les recettes combinées des paiements de programmes, des cultures et du bétail, ont atteint un montant record de 36,9 milliards de dollars en 2005, en hausse de 1,1 % par rapport à 2004 et de 4,8 % comparativement à la moyenne quinquennale précédente.

Les producteurs ont reçu un montant record de 4,9 milliards de dollars en paiements de programmes, ce qui a représenté 13,4 % de leur revenu brut total en 2005. Ce total était de 1,1 % supérieur au montant de 2004. Les paiements élevés versés en vertu du Programme canadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA) et du Programme de paiements relatifs au revenu agricole ont fait contrepoids à la baisse des retraits du Compte de stabilisation de revenu net (CSRN) et à la diminution des paiements versés en vertu des programmes provinciaux de stabilisation.

Les recettes monétaires agricoles constituent une mesure du revenu brut des exploitations agricoles. Elles ne tiennent pas compte des dépenses telles que les salaires, les coûts de carburants et les aliments pour animaux qui sont engagées par les agriculteurs. Les recettes monétaires peuvent varier considérablement d’une exploitation agricole à l’autre en raison de plusieurs facteurs, dont les élevages et les cultures, les prix et les conditions climatiques. Les statistiques sur le revenu agricole net de 2005, qui tiennent compte des dépenses, seront publiées le 26 mai.

À l’échelon provincial, les recettes monétaires ont augmenté dans toutes les provinces sauf dans trois. Des baisses ont été enregistrées au Manitoba (-4,0 %), en Alberta (-1,7 %) et au Québec (-1,7 %). Les augmentations ont varié de 0,9 % en Nouvelle-Écosse à 7,0 % à Terre-Neuve-et-Labrador.

Les exportations de bovins contribuent à l’augmentation des recettes du bétail
Un facteur clé qui a contribué à l’augmentation des recettes du bétail a été la reprise des exportations internationales de bovins et de veaux vivants le 18 juillet 2005, après un moratoire de 25 mois. Depuis, les bovins finis et d’engraissement âgés de moins de 30 mois sont admis aux États-Unis.

En 2002, soit la dernière année de commerce sans restriction, les exportations de bovins et de veaux vivants représentaient presque 10 % des recettes totales du bétail et près du quart des recettes totales des bovins et des veaux.

Entre le 18 juillet et la fin de l’année 2005, quelque 575 000 animaux vivants ont été mis en marché internationalement. Les recettes des ventes internationales de bovins et de veaux vivants ont atteint 3,6 % des recettes totales du bétail et environ 10 % des recettes totales des bovins et des veaux.

La réouverture de la frontière américaine a également contribué à faire monter le prix des bovins et des veaux mis en marché au Canada. Le prix moyen des bovins d’abattage a augmenté de 8,6 %, tandis que le prix moyen des animaux d’engraissement s’est accru de 26,0 % par rapport à 2004.

Malgré la croissance des prix des bovins et des veaux mis en marché au Canada, les prix ont été bien en deçà des moyennes historiques. Le prix moyen des bovins vendus pour l’abattage au Canada a été de 10,2 % inférieur à la moyenne quinquennale précédente, tandis que le prix des bovins d’engraissement a été de 5,7 % en deçà de la moyenne quinquennale.

Les recettes monétaires des producteurs de porcs ont diminué de 7,9 %, principalement en raison des faibles prix à l’abattage. Les recettes des porcs d’abattage, qui représentent plus de 80 % des recettes totales du porc, ont subi le contrecoup d’une chute de 9,5 % du prix ainsi que d’un recul de 1,8 % des mises en marché.

Les recettes provenant de l’exportation de porcs vivants ont augmenté de 8,3 %, par suite d’une amélioration des prix de 10,0 %. Le nombre de porcs exportés a accusé un recul de 3,4 % d’une année à l’autre, mais il a tout de même dépassé de 30,9 % la moyenne quinquennale précédente.

Du côté des productions assujetties à la gestion de l’offre, les recettes des produits laitiers, des poulets et des dindons ont toutes augmenté, alors que les recettes des oeufs ont reculé. Les recettes du lait et de la crème ont crû de 5,2 % grâce à une augmentation du prix moyen de 6,6 %.

Les productions assujetties à la gestion de l’offre ont représenté environ 40 % des recettes totales du bétail en 2005.

Les prix des céréales et des oléagineux atteignent des creux quasi record
La production quasi record de céréales et d’oléagineux au Canada et aux États-Unis en 2005 s’est ajoutée aux stocks de grains déjà importants (voir le communiqué du 1er février 2006 Stocks de céréales). L’abondance de grains de moindre qualité à la suite de la récolte de 2004 et la vigueur du dollar canadien ont également concouru à faire baisser les prix et les recettes des cultures en 2005.

Les recettes du blé (sauf le blé dur) ont chuté de 22,4 % pour se fixer à 1,9 milliard de dollars par suite de la diminution des prix et des paiements de la Commission canadienne du blé (CCB), les mises en marché étant demeurées stables.

Les recettes de l’orge ont dégringolé de 25,7 % pour s’établir à 420 millions de dollars en raison de la diminution des prix et des paiements de la CCB. Une hausse importante des mises en marché d’orge fourragère pendant le deuxième semestre de 2005 a atténué la chute globale des recettes de l’orge.

Les agriculteurs ont tiré 1,9 milliard de dollars du canola, en baisse de 13,0 % par rapport au montant élevé obtenu en 2004. Les prix ont fléchi de 24,4 %, alors que les livraisons ont augmenté de 15,0 %, par suite de l’augmentation importante de la production en 2004 et en 2005. Les livraisons ont repris après la récolte de 2005, ce qui a contribué au grand volume de trituration au pays et au rythme soutenu des exportations.

Les recettes du maïs ont chuté de 18,8 % pour passer à 647 millions de dollars, les prix ayant dégringolé de 23,6 %. Les mises en marché ont augmenté de 6,2 %, principalement en raison des livraisons importantes effectuées au cours du dernier semestre de 2005.

Par ailleurs, les recettes du soya ont fait un bond de 28,7 % par rapport à 2004. En dépit de la chute de 20,2 % des prix, les livraisons du soya ont monté en flèche, surtout en raison de la récolte record de 2004.

Les recettes des cultures horticoles, qui comprennent les fruits, les légumes et les produits de floriculture, de pépinière et de gazonnière, ont crû de 1,7 % par rapport à 2004 pour s’établir à 4,2 milliards de dollars. Ces cultures représentaient près de 30 % des recettes totales des cultures en 2005.

Les paiements de programmes augmente pour une troisième année consécutive
Les paiements de programmes ont atteint un sommet de 4,9 milliards de dollars. Ils étaient de 1,1 % supérieur au montant record de 2004 et en hausse de 25,5 % par rapport à la moyenne quinquennale précédente.

Les paiements élevés versés en vertu du Programme canadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA) et du Programme de paiements relatifs au revenu agricole ont plus que compensé la baisse des retraits du Compte de stabilisation de revenu net (CSRN) et à la diminution des paiements versés en vertu des programmes provinciaux de stabilisation.

Les paiements du PCSRA se sont élevés à 1,7 milliard de dollars en 2005, soit plus du double des paiements en 2004. Le PCSRA, qui a débuté durant le premier trimestre de 2004, visait à aider les producteurs à protéger leurs exploitations agricoles contre les baisses de revenu.

Le Programme de paiements relatifs au revenu agricole a versé 886 millions de dollars. Ce programme fédéral visait à fournir aux producteurs canadiens une aide dans l’immédiat, en guise de première étape d’une initiative énergique visant à restructurer le secteur agricole et agroalimentaire au Canada.

Recettes monétaires agricoles
 Janv. à déc. 2004Janv. à déc. 2005pJanv.-déc. 2004 à janv.-déc. 2005Oct. à déc. 2004Oct. à déc. 2005pOct.-déc. 2004 à oct.-déc. 2005
 en millions de dollarsvar. en %en millions de dollarsvar. en %
Canada36 52136 9371,19 9999 681-3,2
Tout le blé13 0182 442-19,1872782-10,3
Blé, sauf le blé dur12 4311 887-22,4664609-8,3
Blé dur1587556-5,3208173-16,8
Orge1565420-25,71341479,7
Recettes différées-691-409-40,8-340-224-34,1
Réalisation des recettes différées678654-3,53727-27,0
Canola2 1381 859-13,0604560-7,3
Soya62179928,72863067,0
Maïs797647-18,82132203,3
Autres céréales et oléagineux459433-5,7191139-27,2
Cultures spéciales971867-10,7372286-23,1
Autres cultures5 9335 875-1,01 5731 529-2,8
Total des cultures14 48913 587-6,23 9433 771-4,4
Bovins et veaux5 0696 39626,21 5021 94229,3
Porcs4 2613 925-7,91 072898-16,2
Produits laitiers4 5994 8365,21 1721 2375,5
Volaille et oeufs2 4552 4720,7647595-8,0
Autre bétail7687882,6214195-8,9
Total du bétail17 15218 4177,44 6064 8685,7
Compte de stabilisation du revenu net934442-52,711523-80,0
Paiements d’assurance-récolte8859345,5385349-9,4
Programmes d’aide en cas de désastre lié aux revenus1 0141 79777,2445423-4,9
Programme provincial de stabilisation626391-37,511941-65,5
Subventions aux produits laitiers000000
Autres programmes1 4211 369-3,7386206-46,6
Total des paiements4 8814 9331,11 4491 042-28,1
pDonnées provisoires.
1.Inclut les paiements de la Commission canadienne du blé.
Nota: Les chiffres ayant été arrondis, la somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.

Recettes monétaires agricoles provinciales
 Janv. à déc. 2004Janv. à déc. 2005pJanv.-déc. 2004 à janv.-déc. 2005Oct. à déc. 2004Oct. à déc. 2005pOct.-déc. 2004 à oct.-déc. 2005
 en millions de dollarsvar. en %en millions de dollarsvar. en %
Canada36 52136 9371,19 9999 681-3,2
Terre-Neuve-et-Labrador86927,024268,3
île-du-Prince-Édouard3463645,29010213,3
Nouvelle-Écosse4514550,9120117-2,5
Nouveau-Brunswick4204251,2120114-5,0
Québec6 3236 217-1,71 6731 516-9,4
Ontario8 5709 0105,12 2872 3030,7
Manitoba3 8933 736-4,01 0911 015-7,0
Saskatchewan6 0106 2273,61 7791 7880,5
Alberta8 0167 880-1,72 0772 001-3,7
Colombie-Britannique2 4072 5315,2738699-5,3
pDonnées provisoires.
Nota: Les chiffres ayant été arrondis, la somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.

Note aux lecteurs
Statistique Canada ne fait pas de prévisions des recettes monétaires agricoles. Les données présentées sont fondées sur les données des enquêtes et sur les données administratives provenant de plusieurs sources.

Les recettes monétaires agricoles mesurent le revenu brut des entreprises agricoles en dollars courants. Elles comprennent les ventes de productions végétales et animales (sauf les ventes entre les fermes d’une même province) et les paiements de programmes. Les recettes sont comptabilisées lorsque l’argent est versé aux agriculteurs, avant déduction des dépenses.

Les paiements de programme sont les paiements liés à la production agricole courante et versés directement aux agriculteurs. Mentionnons, à titre d’exemple, les paiements versés dans le cadre du Programme canadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA), en vertu de la Loi sur l’assurance-récolte et des programmes provinciaux de stabilisation. La série des paiements de programmes ne vise pas à englober tous les paiements versés aux agriculteurs et ne représente pas la totalité des dépenses publiques se rapportant à tous les programmes d’aide.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires