Recommandations scientifiques dans la lutte contre la résistance aux antibiotiques

Washington (États-Unis), 12 juin 2002 – L’augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques a poussé des scientifiques américains à réfléchir à de nouvelles recommandations, allant de campagnes nationales d’information conseillant vivement aux patients de limiter leur consommation, jusqu’à l’élaboration de lois rendant plus difficile leur vente à destination du bétail.

Le 26 juin, les autorités américaines tiendront la première réunion annuelle consacrée à ce sujet, la résistance aux antibiotiques devenant une question de santé publique. « Le problème de la résistance ne disparaîtra pas. Notre espoir est qu’il devienne un problème connu de chacun d’entre nous et que l’on sache comment faire pour en minimiser l’impact », explique le Dr J. Todd Weber des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

En fait, la résistance des bactéries aux antibiotiques est une évolution normale: les germes devenus plus forts se développent. Mais de mauvaises pratiques aggravent ce phénomène. D’où l’importance de l’utilisation rigoureuse de l’antibiotique qui ne doit être employé que contre les bactéries, et non pas contre les virus contre lesquels il est inutile.

Les scientifiques ont longtemps cru que la meilleure approche était d’inviter les médecins à prescrire avec plus de précautions, de refuser la demande des parents concernant l’otite de leur enfant par exemple, une affection généralement d’origine virale.

Mais cette augmentation de la résistance a d’autres causes, notamment les bactéries très robustes provenant de pays en développement où les antibiotiques sont pris sans prescription et les antibiotiques distribués aux animaux d’élevage qui peuvent transmettre des germes résistants via l’alimentation.

Selon les autorités américaines, les patients ont un rôle à jouer, parce qu’ils arrêtent souvent le traitement avant le terme prévu, donnent les médicaments qui leur restent à leurs proches, quand ils ne les vendent tout simplement pas.

Source : AP

Commentaires