Règles sur les exploitations agricoles : 257 millions $ pour soutenir les producteurs agricoles

Québec (Québec), 13 juin 2002 – « Tant les producteurs et productrices agricoles que la population en général conviennent de l’importance de se doter de règles adéquates en matière de réduction de la pollution d’origine agricole. Ce passage nécessitera toutefois certains ajustements. Voilà pourquoi le gouvernement agit aujourd’hui de façon responsable en mettant de l’avant un plan d’investissement de 257 millions de dollars sur trois ans pour aider les entreprises agricoles à se conformer à ces nouvelles règles », a annoncé le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Maxime Arseneau.

Rappelons que ces nouvelles règles, ainsi que les mesures d’accompagnement qui en découlent, s’inscrivent dans la foulée des travaux menés par le gouvernement du Québec en concertation avec les représentants des milieux agricole et municipal depuis le mois de mai dernier.

Le plan d’investissement gouvernemental

Le plan d’investissement vise à appuyer les entreprises agricoles par l’octroi d’aides financières ciblées, notamment par l’adaptation de programmes existants. Ce plan comporte six actions prioritaires, soit :


  1. l’implantation de technologies de traitement des fumiers collectif et individuel;

  2. le soutien et la consolidation des efforts de recherche, notamment en matière de technologies de traitement des fumiers;

  3. la protection des cours d’eau et des bandes riveraines;

  4. l’achat de rampes d’épandage pour diminuer les odeurs;

  5. le financement d’infrastructures pour l’entreposage;

  6. le soutien aux services-conseils pour les entreprises agricoles.

« Le secteur agricole québécois est source de fierté pour l’ensemble de la population, notamment grâce à son dynamisme et à la passion qui anime les hommes et les femmes qui y travaillent. À cet égard, je suis confiant que les mesures que j’annonce aujourd’hui permettront d’assurer la vitalité et la pérennité d’un secteur d’activité qui a maintes fois fait la preuve de ses capacités à relever les défis qui se présentent à lui. Sans nul doute, il en sera de même aujourd’hui », a conclu M. Arseneau.

Précisons que plus de 130 000 personnes travaillent dans le secteur agroalimentaire au Québec. Notons que 30 000 personnes occupent des emplois directement reliés à la production et la transformation dans le secteur porcin. Fort de quelque 8 milliards de dollars d’apport à l’économie québécoise en 2001, le secteur agroalimentaire représente un moteur de développement indispensable dans de nombreuses régions du Québec.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires