Saumon transgénique : un projet qui a échoué

Montréal (Québec), 12 juin 2001 – Lors de son assemblée générale annuelle à Mondariz en Espagne, le 8 juin dernier, l’Organisation de la conservation du saumon de l’Atlantique Nord (North Atlantic Salmon Conservation Organisation – NASCO), a réaffirmé sa vive opposition à la dissémination des saumons transgéniques dans les cours d’eau naturel et les océans. Cette prise de position met un terme aux projets de commercialisation de ce poisson dans sa version transgénique. Désormais le principe de précaution prévaut.

Toutes les Parties (1) ont convenu, à l’unanimité, que la dissémination de saumons transgéniques dans la nature ne serait pas autorisée. « C’est trop risqué, cela pouvant conduire à des transformations génétiques de l’espèce et de son écosystème qui seraient irréversibles », ont soutenu les membres de NASCO. Ces derniers affirment qu’il est urgent d’instaurer des mesures de protection pour le saumon sauvage. Ils ont décidé de coopérer afin que le saumon transgénique n’ait pas d’impact sur les stocks de saumons sauvages.

Cette nouvelle a réjoui Greenpeace et son porte-parole, Lindsay Keenan. Ce dernier précisait que « le glas a sonné pour la commercialisation du saumon transgénique. La société américaine A/F Protein qui souhaitait l’exploiter dans des enclos en mer, parce que les coûts de production sont beaucoup moindres que l’élevage en milieu confiné, voit ses projets de commercialisation tomber à l’eau. »

Les délégations américaines et canadiennes ont également essuyé un refus, sur des projets d’élevages de saumons transgéniques dans des enclos en mer, par les 17 organisations du milieu environnemental et des pêcheries qui étaient présentes. Monsieur Rolland Schmitten, représentant américain au NASCO, a osé recommander que la US Food & Drug Administration (FDA), qui étudiait la demande de A/F Protein pour la commercialisation du saumon transgénique, consulte à la fois la Loi sur les espèces menacées, la US National Fisheries et le US Fish & Wildlife Service afin de s’assurer qu’aucune agence gouvernementale américaine ne retire le saumon de l’Altantiqe de la liste des espèces menacées de disparition. Les États-Unis se sont engagés à suivre les directives de NASCO sur le saumon transgénique.

Le délégué canadien, M. David Bevin, a entrouvert la porte à la commercialisation, expliquant que le Canada n’a pas établi de règlement pour le futur si tous les riques soulevés, à cette rencontre, trouvaient une réponse satisfaisante. « À ce moment, il n’y a aucune chances que nous faisions l’élevage du saumon transgénique dans des bassins en mer. L’industrie de l’aquaculture a elle-même précisé qu’elle ne voulait pas le faire. Cela n’est donc pas sur le point d’arriver au Canada. »

Le représentant de l’Union européenne, M.Ole Tougaard, a confirmé que les saumons transgéniques ne sont pas permis et que l’UE allait suivre les directives de NASCO. Il en va de même en Norvége.

Le vice-président de la société A/F Protein, M. Joe McGonigle, n’a donc reçu aucun appui pour le projet de commercialisation. « La décison prise par NASCO et l’engagement du délégué américain, M. Schmitten, va rendre le combat beaucoup plus ardu, sur son propre territoire et à l’international, si le FDA décide de faire cavalier seul pour approuver le projet de commercialisation du saumon transgénique présenté par A/F Protein », de conclure Éric Darier, responsible de la campagne OGM pour Greenpeace à Montréal.

(1) Les Parties étant : Canada, Danemark (incluant les îles Faroe et le Groënland), États-Unis, Islande, Norvège, Russie et Union européenne. Toutes les Parties ont adhéré aux lignes directrices établies en 1997 par NASCO : « prendre toutes les mesures possible, sur les territoires couverts par la Convention de NASCO, afin que l’élevage du saumon transgénique se fasse dans un environnement sécuritaire, en confinement terrestre et facile d’accès »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Greenpeace Canada

http://www.greenpeacecanada.org/

Organisation de la conservation du saumon de l’Atlantique Nord

http://www.nasco.int

Commentaires