Surveillance du maïs StarLink

Ottawa (Ontario), 28 octobre 2002 – Depuis l’automne 2000, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et la Commission canadienne des grains (CCG) s’occupent conjointement de la surveillance des importations de maïs entier afin d’empêcher l’importation de maïs StarLink au Canada. Ce maïs est un produit agricole issu de la biotechnologie qui n’est pas approuvé au Canada, quelle que soit l’utilisation prévue, et qui ne peut non plus être importé au Canada pour être utilisé comme aliment des humains ou des animaux ou comme semence.

Tout le maïs entier importé des États-Unis doit être accompagné de documents indiquant que les épreuves de détection du maïs StarLinkMC auxquelles il a été soumis se sont révélées négatives. Depuis la dernière mise à jour sur les activités de surveillance du maïs StarLinkMC sur le site Web de l’ACIA en juillet 2002, l’ACIA avait examiné (le 30 septembre 2002) plus de 13 000 documents relatifs à des envois de maïs entier provenant des États-Unis. De ce nombre, l’entrée au Canada de 24 envois a été refusée parce que les documents d’importation présentés n’étaient pas adéquats.

À l’examen des documents, se greffent les programmes permanents d’échantillonnage et d’épreuves de l’ACIA et de la CCG. Ces derniers ont permis d’analyser des centaines d’échantillons et de détecter une quantité infime de maïs StarLinkMC dans deux envois ferroviaires distincts de maïs fourrager qui sont arrivés en Alberta respectivement en août et en septembre 2002. L’ACIA est immédiatement intervenue et a retenu le maïs de ces envois avant qu’aucune quantité ne puisse être distribuée. L’Agence a également ordonné son retrait du Canada.

Le 27 septembre 2002, un train rapportant aux États-Unis le maïs retenu en septembre a déraillé près de Topley (Colombie-Britannique). Lors du déraillement, le maïs a été mélangé à des grains de blé et contaminé par du métal et d’autres débris. Les autorités de la société de chemin de fer ont envisagé plusieurs solutions pour retirer le maïs contaminé et rendre le site moins attirant pour la faune. Avec l’approbation de l’ACIA et sous surveillance, les autorités de la société ferroviaire élimineront tout le grain touché.

Tous les fournisseurs, entreposeurs, importateurs, transporteurs et manutentionnaires de maïs entier et de produits du maïs sont tenus de se conformer aux exigences canadiennes applicables à ces produits. L’ACIA et la CCG ont diffusé un avis à l’industrie que l’on peut consulter à l’adresse. Dans cet avis, les deux organisations rappellent à tous les intermédiaires susmentionnés de suivre les bonnes pratiques industrielles et agricoles en repérant les situations où du maïs StarLinkMC risque de se retrouver dans un lot ou un chargement et de prendre les mesures nécessaires pour réduire au minimum la matérialisation de ce risque.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)

http://www.cfia-acia.agr.ca/

Commission canadienne des grains (CGC)

http://www.cgc.ca/

Commentaires