Temps d’arrêt pour l’implantation de tout nouvel établissement porcin

Québec (Québec), 13 juin 2002 – Le ministre d’Etat aux Affaires municipales et
à la Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, M. André Boisclair, a annoncé
un temps d’arrêt pour toute nouvelle exploitation porcine au
Québec. Cette mesure découle de l’adoption du nouveau « Règlement sur les
exploitations agricoles ».

Pour les 281 municipalités aux prises avec des surplus de fumier, appelées zones d’activités limitées (ZAL), ce temps d’arrêt sera d’une durée de deux ans. Partout ailleurs au Québec, un temps d’arrêt de 18 mois est décrété.

« Devant l’urgence d’agir, le gouvernement limite l’expansion des élevages
porcins non seulement dans les bassins versants les plus particulièrement
affectés par les surplus de fumiers, mais également dans l’ensemble des
régions du Québec. Ce temps d’arrêt permettra d’effectuer des bilans complets
de phosphore et de mettre en place des mesures de contrôle modernes et
performantes », a conclu le ministre Boisclair.

Cependant, pour les productrices et les producteurs qui adopteront dès
maintenant des pratiques environnementales exemplaires, une augmentation
maximale de 250 porcs sera permise.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’Environnement du Québec

http://www.menv.gouv.qc.ca

Commentaires