Trois systèmes pour truies gestantes

Exposition

Le Centre de développement du porc du Québec (CDPQ) est allé en Europe pour observer les systèmes de logement des truies gestantes en groupe. Lors des deux journées d’information sur les bâtiments porcins de nouvelle génération tenues récemment à Québec et Drummondville organisées par la Fédération des producteurs de porcs, l’agronome Sébastien Turcotte présentait les solutions adoptées là-bas depuis 15 ans et obligatoires depuis le 1er janvier dernier.

En résumé, trois choix s’offrent aux producteurs. Chacun a ses avantages et ses inconvénients. Le système des bat-flancs est le moins dispendieux, mais offre une moins bonne protection contre l’agressivité des truies dominantes que les deux autres systèmes.

Le réfectoire autobloquant ressemble aux cages présentes au Québec, sauf que les truies peuvent entrer et sortir à leur guise de leur cage. Dans les faits, la majorité des truies reste dans leur cage toute la journée.

Dans le système des distributeurs automatiques de concentrés, aussi appelé par l’acronyme DAC, chaque truie est identifiée par une puce électronique qui permet d’identifier la truie lorsqu’elle se rend dans la station d’alimentation. Il s’agit du seul système qui permet de suivre individuellement l’alimentation de chaque truie. Cette particularité est intéressante pour faire des tests sur des nouveaux produits. Il faut prévoir l’entraînement des cochettes à ce type d’alimentation.

Le CDPQ a comparé les performances d’élevage en Europe pour ces trois systèmes. Elles démontrent qu’il est possible des performances comparables à ce qu’on retrouve ici. La conférence Sébastien Turcotte est disponible sur le site de la Fédération des producteurs de porcs.

Autre article :

Fin prochaine des truies gestantes en cages

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires