Trop de postes vacants à long terme dans les PME

Montréal (Québec), 6 avril 2006 – Une étude de la Fédération canadiennede l’entreprise indépendante (FCEI) publiée démontre uneaugmentation sensible du nombre de postes vacants de longue durée dans les PMEdu Canada. « On constate que dans les plus petites entreprises, le taux devacances est quatre fois plus important que celui qui prévaut dans la grandeentreprise. Dans le contexte du vieillissement de la main-d’oeuvre, cettesituation a de quoi inquiéter », a indiqué monsieur Richard Fahey,vice-président, Québec, de la FCEI.

Selon l’étude de la Fédération, 233 000 postes demeurent vacants depuisquatre mois ou plus dans les PME du Canada, dont 37 000 au Québec. « Même siles chefs d’entreprises québécoises sont parmi les plus préoccupés par lapénurie de main-d’oeuvre qualifiée, ce sont les PME des Prairies, de laColombie-Britannique et de l’Ontario qui éprouvent les difficultés derecrutement les plus sérieuses » a expliqué monsieur Fahey.

L’étude démontre que tous les secteurs d’activité sont touchés par de hauts taux de postes vacants à long terme. Ceux de la construction, de l’agriculture et du commerce de détail sont particulièrement vulnérables.

Un seul poste non pourvu au sein de son entreprise de quatre employéspeut constituer un véritable casse-tête pour un dirigeant. « Quand on sait queles trois quarts des entreprises du Québec sont des PME de moins de cinqemployés, il importe que les gouvernements se penchent sur des solutions pourréduire le nombre de postes vacants. C’est le cas, notamment, des règlestouchant l’embauche des immigrants, qui doivent être analysées et modifiées aubesoin », a conclu monsieur Fahey.

Le rapport Du travail à revendre : les postes vacants à long terme posentun défi majeur aux PME« est disponible sur le site Internet de la FCEI.

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) est l’association patronale qui défend les petites et moyennes entreprises d’ici et qui, par ses représentations auprès des gouvernements et des municipalités, leur permet de prospérer économiquement au bénéfice de l’ensemble des citoyens et citoyennes du Québec.

Association sans but lucratif dont les membres oeuvrent dans tous les secteurs d’activités et dans toutes les régions du Québec, la FCEI est non partisane et son financement provient uniquement de l’adhésion de ses membres.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération canadienne des épiciers indépendants (FCEI)
http://www.cfig.ca/

Commentaires