Une étape cruciale pour soutenir le développement de la biotechnologie

Montréal (Québec), le 29 janvier 2000 – Le Protocole sur la biosécurité, adopté à Montréal le 29 janvier, reconnaît l’importance de l’industrie de la biotechnologie, définit un cadre de travail pour le développement de produits et fixe des lignes directrices quant à la réglementation liée au partage bénéfices sociaux et économiques entre les divers pays du monde.







« Le Protocole nous incite à continuer à investir dans le développement de produits novateurs. Il faut aussi y voir un signe manifeste de la croissance inévitable de l’industrie de la biotechnologie. »


« Le Protocole représente un progrès significatif pour la biotechnologie, tout en protégeant la biodiversité, a indiqué Mme Joyce Groote, présidente de la Coalition mondiale de l’industrie de la biotechnologie, qui représente plus de 2 200 entreprises actives dans ce secteur. Le Protocole nous incite à continuer à investir dans le développement de produits novateurs. Il faut aussi y voir un signe manifeste de la croissance inévitable de l’industrie de la biotechnologie », a-t-elle précisé.

L’entente fournit un cadre d’application scientifique pour les règles et les procédures. Celles-ci seront élaborées au fur et à mesure que les gouvernements et les entreprises détermineront comment implanter le Protocole au cours des prochaines années. Ce dernier sera élaboré à partir de la réglementation qui existe déjà dans plus de 60 pays – qui, à eux seuls dominent le marché mondial évalué à plusieurs milliards de dollars.

La Coalition a fait l’éloge du travail réalisé par le ministre de l’Environnement de la Colombie et président du comité des négociations, M. Juan Mayr Maldonado. « Son leadership a été sans conteste un facteur clé qui a permis de réaliser des progrès significatifs dans la gestion d’enjeux complexes. Tous les délégués ont fait preuve d’une attitude très positive et très constructive », a ajouté Mme Groote.

Représentant les entreprises du secteur de la biotechnologie, qui emploie plus d’un million de personnes dans 130 pays, la Coalition a fourni un soutien indéfectible au processus d’élaboration d’un protocole compatible avec les accords internationaux qui existent déjà.

Commentaires