Vers un plan de développement du dindon québécois

Longueil (Québec), 15 février 2002 – Au terme du premier Forum sur les enjeux de l’industrie québécoise du dindon, tenu le 13 février 2002, l’ensemble des intervenants québécois de ce secteur se sont engagés à tout mettre en oeuvre pour développer et stimuler la consommation de ce produit aux vertus nombreuses, mais méconnues du grand public.

C’est sous l’initiative de la Fédération des producteurs de volailles du

Québec que s’est tenu cet événement visant à doter l’industrie du dindon d’un
plan stratégique de développement. Outre la Fédération, qui représente les 140
producteurs québécois de dindons, les organisations suivantes ont participé
activement aux discussions lors de ce Forum : l’Association québécoise des industries de nutrition animale et céréalière (AQINAC), l’Association des détaillants en alimentation du Québec (ADA), le Conseil de la transformation agroalimentaire et des produits de consommation (CTAC), des représentants des couvoirs de dindonneaux du Québec, Exceldor coopérative avicole, Olymel s.e.c. et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ).

Le président de la Fédération, M. Yves Baril, a bien cerné la
problématique dès l’ouverture de la rencontre. « Malgré des efforts importants

consacrés à la promotion du dindon, le marché demeure globalement stagnant », a-
t-il expliqué. Les données sur la consommation sont également fort éloquentes.
« La consommation per capita fait des aller-retour entre 4,1 et 4,3 kilogrammes
depuis des années. Toutefois, pendant que la demande pour du dindon entier est
en déclin, la demande pour les découpes et les produits surtransformés est en
nette croissance », de préciser M. Baril.

Cette faible consommation est d’autant plus difficile à expliquer que le
dindon est un produit dont les atouts devraient faire l’envie de plusieurs
viandes concurrentes. C’est une viande maigre, santé, versatile et facile à
cuisiner, bref, c’est un produit qui répond parfaitement aux préoccupations
actuelles des consommateurs.

Comment expliquer, alors, les performances de ce produit sur les marchés?
Serait-il à ce point méconnu que le consommateur oublie de l’intégrer à son

menu? Est-ce un problème de disponibilité en magasin? L’industrie est-elle
proactive dans la transformation de produits prêts à l’étalage? Quels sont les
véritables concurrents du dindon? Quels devraient être les éléments
fondamentaux d’un plan de commercialisation du dindon? Voilà autant de
questions mises sur la table et débattues lors de ce Forum.

Cinq enjeux ont été analysés plus particulièrement, soit la recherche et
le développement, la production et la transformation, la commercialisation, la
formation et la concertation. Au terme des discussions, plusieurs objectifs
ont été retenus, dont une meilleure compréhension des préférences des
consommateurs, l’identification de nouvelles façons de commercialiser le
dindon, l’augmentation de la valeur ajoutée, la valorisation du positionnement
« santé » du dindon, le développement de nouvelles niches de marché, la
formation des intervenants sur la préparation et la présentation du dindon et
la création d’un comité de coordination des différents maillons de cette
industrie au Québec.

Pour chacun de ces objectifs, plusieurs moyens concrets ont déjà été
identifiés et feront l’objet d’une analyse plus poussée dans les prochaines
semaines. Toutes les organisations participantes se sont en effet engagées à
participer activement au suivi de ce Forum et surtout à la mise en place de
solutions concrètes qui permettront de donner au dindon la visibilité et la
reconnaissance qui lui reviennent.

Mentionnons en terminant que les 140 producteurs de dindons du Québec
mettent en marché annuellement près de 5 millions d’oiseaux, soit près de
40 millions de kilogrammes, pour une valeur à la ferme de plus de 60 millions
de dollars.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Association des détaillants en alimentation du Québec (ADAQ)

http://www.adaq.qc.ca/

Fédération des producteurs de volailles du Québec

http://www.volaillesduquebec.qc.ca/

Groupe Dorchester / St-Damase

http://www.exceldor.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Olymel

http://www.flamingo.qc.ca/

Commentaires