Déterminer nos zones à risque

Oui on a des insectes, mais en cinq ans nous n’avons observé que de très faible perte à l’occasion

C’est vrai que les sols ne sont pas tous pareils, qu’on peut avoir des conditions différentes d’une ferme à l’autre. Ça ne veut pas dire qu’on doit traiter partout au cas où!


Un automne idéal pour armer nos semis à traverser l’hiver

L’échec de notre reprise du blé de 2019 nous aura servi dans notre apprentissage

On m’a expliqué que le blé d’hiver se renforce à chaque période de froid qu’il traverse et qu’il en profite pour fabriquer son propre antigel. Plus il a de chance de s’acclimater, plus ses chances de survie augmentent. Peut-être une des raisons de nos insuccès de l’hiver dernier.



Miser sur le foin

Notre objectif est d’implanter une culture pérenne qui agira comme une charrue végétale sans effort et sans émissions de gaz à effet de serre

J’ai déjà semé du trèfle en vasage, mais jamais du foin, du vrai foin. Et voilà que je me fais approcher pour un projet d’étude d’implantation de foin dans un système de cultures annuelles. Ça, ça m’intéresse!

Atteindre ses objectifs de production

Ça prend de l’entraînement, soit une planification stratégique de nos rotations

Aujourd’hui, on démarre la récolte de nos petits haricots roses exactement à la même date que notre récolte 2018. Une culture planifiée qui nous offre sur un plateau d’argent notre fenêtre idéale pour semer notre 2e section de blé d’hiver.


Soutien aux agriculteurs

Réduire jusqu’à 60 % les « effets secondaires » de nos pratiques agricoles

Wow! Une belle marque de confiance. Un gros wow parce que même si les sujets environnementaux sont d’actualité disons que les enveloppes de soutien et d’accompagnement doivent se mériter, car les budgets sont serrés et bien ciblés.




Donner au suivant, au bénéfice de l’environnement

Impliquer un peu plus nos consommateurs nous permettrait d’aller beaucoup plus loin

L’idéal serait d’obtenir une certification d’une chaîne de valeur ajoutée avec une définition claire pour que le consommateur s’y retrouve. Une certification intermédiaire entre le bio et le conventionnel qui compenserait une démarche agroenvironnementale globale.