Votre maïs a versé à cause de la pourriture de la tige ?

Prenez le temps d’ouvrir les tiges et de bien comprendre ce qui s’est passé.

Dans le maïs, c’est souvent au battage qu’on constate les dégats causés par la pourriture de la tige. Trois maladies sont responsables de la plupart des infections des tiges : la fusariose, l’anthracnose et la maladie qui porte le nom du champignon en cause, le Gibberella.

Moisissure blanche de la fusariose

Ces maladies sont relativement faciles à distinguer. L’anthracnose se caractérise par la présence d’une teinte noire sur la tige, alors que dans le cas du Gibberella, du rose apparaît à la hauteur des nœuds. Quant au fusarium, il cause simplement une moisissure blanche. Quand survient un problème de pourriture de la tige, le premier réflexe est de se tourner vers des hybrides possédant une forte tolérance à l’un ou l’autre de ces pathogènes. « C’est effectivement une bonne idée, mais cela ne devrait constituer qu’une partie de la solution, estime l’agronome Cynthia Lajoie, de Pioneer. Et surtout, il est important de revenir à la base, de vérifier si la tige s’est vidée et si oui, de se demander pourquoi. »
Le fait est que la tige du plant peut avoir été fragilisée avant même qu’un champignon la colonise. Il arrive qu’un plant ne peut plus faire assez de photosynthèse pour combler les besoins de l’épi en hydrates de carbone. Il va alors chercher ceux-ci en partie dans la tige, ce qui réduit sa rigidité.

« Tout facteur qui vient diminuer la capacité de photosynthèse de la plante accroît donc sa vulnérabilité à la verse, explique la spécialiste. Un faible ensoleillement en fin de saison en constitue un. Les maladies foliaires et les dommages aux feuilles causés par les insectes sont d’autres facteurs. »
«Cette année, on a vu plusieurs champs dont le feuillage a été attaqué par la chrysomèle ou l’altise », donne-t-elle comme exemple. Cette diminution de la surface foliaire entraînera une diminution de la photosynthèse et pourrait donc affecter l’intégrité des tiges.

Le signe caractéristique de l’anthracnose est du noir sur la tige.

Un autre facteur susceptible d’affaiblir la tige, c’est un débalancement du ratio azote sur potassium
dans le sol. « On veut éviter que le ratio N/K soit trop élevé, note Cynthia Lajoie. Beaucoup d’azote conduit à un épi plus gros, ce qui est évidemment souhaitable, mais cela exige davantage de rigidité de la tige. De son côté, le potassium joue un rôle dans la formation des tissus des feuilles et de la tige. C’est pourquoi une proportion insuffisante de potasse peut entraîner une fragilisation de la tige. »
Si un champignon constitue la cause réelle d’un problème de verse, la stratégie à adopter pour briser son cycle dépendra de sa nature. Selon le cas, on pourrait par exemple recommander de bien hacher les résidus de maïs et de les enfouir. Ou bien d’éviter de replanter du maïs dans la par- celle en question l’année suivante. En fait, les stra- tégies peuvent être assez complexes et l’aide d’un conseiller s’avérera précieuse aussi bien à cette étape qu’à celle du diagnostic.
Bonne récolte !

Visitez Pioneer.com/Canada