Gonflez vos rendements de maïs – 2

Lisez la première moitié de cet article

4. Précédent cultural
« Cultiver du maïs sur du maïs entraîne une diminution de rendements d’environ 0,9 t/ha », affirme Fred Below. Selon lui, il est favorable d’ajouter du soya dans la rotation. Les fermes Bisaillons de Saint-Jacques-Le-Mineur optent pour une rotation maïs-soya.

5. Population
Le nombre de plants à l’acre prédit le potentiel rendement. Afin d’atteindre le rendement cible de 16 t/ha, Fred Below sème fort. Population : 45 000 plants à l’acre. Gérer la hausse de population et la compétition qui en découle passe, selon lui, par les rangs jumelés. Ce professeur insiste : la population finale est de 45 000 plants/acre. Le taux de semis doit inclure les pertes. Soutenir une telle population nécessite des sols riches et en santé.

6. Travail de sol
Au Québec, comparés au semis direct, les sols labourés ajoutent quelques kilos de plus à la pesée. Fred Below a observé la tendance inverse en Illinois, lieu où il a mené ses recherches. Les sols québécois nécessitent une évacuation rapide de l’eau alors que sur les sols de l’Illinois, c’est la conservation de l’eau qui préoccupe. Les sols de la ferme Bisaillon SENC sont cultivés en semis direct depuis dix ans. L’utilisation de tasse-résidus permet un semis plus hâtif.

7. Phytoprotection
L’utilisation de fongicide ne vient pas seule, selon le professeur. Afin d’optimiser l’application de fongicide, il suggère de la combiner à l’adoption d’hybrides triple stack. Aux dires de Fred Below, l’application de fongicide à base de strobilurine aurait un effet de régulateur de croissance. Aux fermes Bisaillons, l’utilisation de fongicide n’est pas intégrée aux pratiques agricoles, mais Stéphane s’interroge et s’informe. « L’utilisation d’un fongicide pourrait protéger nos rendements, on en est rendu là. »

L’adoption de l’ensemble des pratiques de haute technologie proposées par Fred Below a un coût. Jean-François Foley de BASF le souligne. « Le kit High-tech que propose Fred Below coûte cher. Ce n’est pas nécessaire de l’adopter sur l’ensemble de la ferme. Le producteur peut se concentrer sur ses terres les plus productives qu’il aura minutieusement préparées à la pratique proposée par Fred Below. L’étude démontre que c’est l’effet combiné de chacun des ingrédients qui caractérise cette recette. »

Consultez l’article complet, avec photos et tableaux, dans Le Bulletin des agriculteurs d’avril 2011.

Commentaires