Pourquoi les rotations sont importantes

La science reconnait depuis longtemps les avantages de rotations plus longues mais sans savoir exactement pourquoi. Cela pourrait toutefois changer. Au cours des 10 prochaines années, les chercheurs de l’Université Guelph espèrent pouvoir mieux comprendre comment les rotations améliorent la santé du sol et la performance des cultures.

Les chercheurs se penchent de plus en plus sur la santé des sols comme un partenaire et non plus une conséquence de bonnes pratiques culturales. C’est dans cet esprit que la docteure Claudia Wagner-Riddle mène une étude à la station de recherche Elora de l’Université Guelph. Le projet comprend un système en boucle fermée utilisant 18 grands lysimètres installés dans le sol pour mesurer plusieurs propriétés, dont l’infiltration d’eau, les émissions de gaz et la séquestration du carbone dans le sol, le tout dans un contexte à long terme.

D’autres lysimètres seront aussi installés dans une rotation moins – maïs-soja-soja – qui verra des volumes considérablement plus faibles de biomasse retournée au sol pendant les années de soya.

On comparera ensuite ces résultats à ceux d’une rotation plus diversifiée de maïs, soya et blé d’hiver, avec des cultures de couverture qui seront ensemencées dans le maïs après le stade à six feuilles et après le blé d’hiver. En somme, des plantes seront en croissance tout au long de l’année dans les parcelles.

Le Dr Bill Deen, qui participe à des projets de rotation à long terme depuis plus de 17 ans, contribue également à ce projet. Son travail a montré que les rendements sont plus stables au fil du temps avec des rotations plus longues et l’addition de systèmes divers (par exemple, des cultures de couverture). Il a également montré que la tendance dans les rendements est positive et que les cultures en rotation plus longue tendent à devenir plus résilientes aux conditions météorologiques extrêmes telles que la sécheresse.

« L’hypothèse est que la conservation de l’eau dans ces conditions favorise une meilleure stabilité des rendements, et nous serons en mesure de vérifier si c’est le cas », explique la chercheure, Mme Wagner-Riddle. « Si nous comprenons ce qui se passe, nous pouvons concevoir d’autres systèmes et les gérer. »

 

Source: Country Guide

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires