Sèmerez-vous du blé en 2012?

La qualité de la récolte de blé de cette année a sans doute de quoi décourager. En Ontario, les rendements ont été les plus faibles depuis 2005. Malgré tout, le blé demeure une culture avantageuse, ne serait-ce que pour ses bénéfices en rotation et la possibilité de répartir les travaux aux champs sur une plus grande période.

Voici une liste très complète de conseils pour réussir en 2012, gracieuseté du ministère de l’Agriculture de l’Ontario (MAAARO).

Choisir le bon cultivar : de nouveaux choix sont offerts et de nouveaux types de blé sont maintenant disponibles. Choisissez les variétés qui conviennent le mieux à votre exploitation.

ATTENTION AU DRAINAGE : qu’il s’agisse de drains à tuyaux ou de drainage de surface, rien n’influe autant sur les rendements du blé à long terme que cet élément. Vous payez pour le drainage, que vous en ayez ou pas…

Régler la moissonneuse batteuse : une bonne récolte de blé commence avec la moissonneuse. Il faut répartir les résidus également à la largeur de la fauche, sinon vous pouvez être certain d’un rendement moins qu’optimal du blé et de croissance inégale qui influera sur la gestion au printemps. Utilisez des distributeurs de paillette!

Semer tôt : chaque jour de retard des semis réduit les rendements de 1 boisseau/acre. Si cela signifie de hâter la récolte du soya ou de travailler toute la nuit, il faut tenter l’impossible pour semer le blé immédiatement!

Ne pas penser au travail du sol : si la moissonneuse fait du bon travail pour répartir les résidus, le travail du sol n’apporte rien de plus. Opter pour le labour de surface seulement si c’est nécessaire pour assécher les sols et hâter les semis.

Éradiquer les mauvaises herbes : l’automne constitue le meilleur moment pour éradiquer les mauvaises herbes vivaces. Pulvérisez du glyphosate pour la destruction chimique avant la récolte, avant les semis, après les semis, mais que ce soit fait!

Semences traitées : avec la carie naine du blé qui s’est montrée en 2011, les traitements des semences se sont avérés d’une bonne valeur. Aucune semence de blé ne doit aller en terre sans avoir été traitée, et les producteurs dont le blé a été atteint par la carie naine du blé doivent être très prudents.

Semer à la bonne densité : de nouvelles recherches ont montré une plus grande interaction entre les dates des semis et les densités de semis, surtout dans une gestion pour optimiser les rendements. Avec des semis hâtifs, viser 17 semences/pied, pour des semis tardifs, régler le semoir entre 27 et 30. Dans la fourchette normale, on cible 22 semences /pied (1,5 million de semences/acre).

Régler la profondeur des semis avec précision! 90 % des problèmes dont on entend parler au printemps peuvent être en lien avec la profondeur des semis, et la plus grande partie du blé est semée trop peu profond. Visez une profondeur de 2,5 à 4 cm (1 à 1,5 po). Semez dans la terre humide et ajustez le semoir dans les endroits plus difficiles.

Utiliser un engrais de démarrage : les avantages de l’engrais de démarrage appliqué sur les semences sont bien documentés. Une nouvelle recherche indique que 5 gallons d’engrais liquide, ou 40 lb d’engrais en poudre, constituent un minimum pour une bonne distribution dans le sillon et une bonne réaction de la culture. Si vous n’êtes pas en mesure d’appliquer l’engrais sur la semence, le blé réagit mieux que d’autres cultures à l’épandage à la volée de l’engrais. Bien que l’application sur les semences reste le meilleur choix, le blé répond mieux à l’épandage à la volée que d’autres cultures.

Semez du BLÉ! Les prévisions économiques semblent favoriser le maïs, mais la valeur du blé en rotation n’est pas négligeable. Des rendements de 10 % plus élevés que le maïs et le soya, différentes options de produits et de moment opportun pour lutter contre les mauvaises herbes, la liste complète est trop longue pour l’inclure ici.

Commentaires