La reprise économique est là pour rester

L'économiste en chef du Conference Board du Canada a fait une conférence devant les PLC

La reprise économique est là pour rester

Après plus d’un an de pandémie, la relance économique est bel et bien là. Il reste toutefois des soubresauts à venir. Certains secteurs souffriront pour un certain temps encore.

L’économiste en chef du Conference Board du Canada, Pedro Antunes, était invité par les Producteurs laitiers du Canada (PLC) à présenter, le 13 juillet 2021, ses constatations économiques de la dernière année et ses perspectives pour le futur, à la veille de l'assemblée générale des PLC.

Même si l’impact économique de la pandémie de COVID-19 était du jamais vu, il a toutefois été moins grand qu’anticipé au tout début de la pandémie.

Ce qui a marqué le ralentissement économique mondial, c’est que tous les pays ont été touché en même temps. Le déclin de l’économie mondial a été de 3,5%.

L’économie s’est redressée dans la seconde moitié de l’année 2020, mais de façon inégale. Et ce redressement était en réaction aux injections massives des gouvernements. Les ménages s’en tirent plutôt bien grâce à des généreux programmes d’aide et au fait qu’ils avaient peu d’opportunités pour dépenser. La richesse des ménages devrait donc leur permettre de dépenser, ce qui stimulera la reprise. Les stocks faibles favoriseront une hausse de la production.

Toutefois, pour aider la population, les gouvernements se sont endettés de façon importante, ce qui inquiète l’économiste. Les prix des maisons ont augmenté de façon importante en raison d’une offre trop faible.

La reprise économique sera rapide, mais pourrait s’essouffler rapidement pour retrouver un rythme plus normal dans un an. Le Canada bénéficiera des efforts américains pour redresser l’économie au sud de la frontière. C’est que nos deux économies sont intimement liées.

Certains secteurs ont été avantagés lors de la pandémie. Ce fut le cas notamment des quincailleries, jardineries et du cannabis. D’autres ont grandement souffert, comme l’hébergement, la restauration et les arts. Tous ces secteurs redeviendront davantage à la normale. Un secteur souffrira toutefois pendant encore une bonne période. C’est le tourisme et l’aviation. L’ouverture complète des pays au tourisme n’est pas pour tout de suite.

Les chiffres de l'emploi démontrent que nous sommes encore loin du retour à la normale puisque nous avons encore 1,8% moins de personnes à l'emploi qu'avant la COVID. Cela représente 340 000 personnes de moins. Malgré un taux de chômage élevé, des secteurs d'emplois ressentent toutefois une pénurie de travailleurs.

Donc, tout n’est pas si simple dans cette reprise économique. Le bon, selon Pedro Antunes, c’est que l’adoption massive des technologies pandémie est là pour rester. Il est à prévoir que plusieurs travailleurs continueront de faire du télétravail avec les conséquences pour les centres-villes. L’adoption de la télémédecine est de la téléconsultation a changé certains métiers.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires