La pluie arrive à temps

Les précipitations des derniers jours ont changé la donne dans les champs de maïs et de soya

Soupir de soulagement chez plusieurs producteurs de grandes cultures du sud du Québec, celle qui était la plus affectée par la sécheresse des dernières semaines. « Les problèmes sont terminés, la pluie est arrivée à temps, indique Gilles Corno, agronome chez Semences Pride. Les plants de maïs récupèrent très bien. Le soya aussi apprécie le […] Lire la suite

Gertrude chez l’esthéticienne

Gertrude aime bien être en forme, mais elle garde son côté coquette.

Gertrude est en pleine forme. Elle est en confinement depuis le tout début de la pandémie et voilà qu’elle peut enfin ressortir le nez dehors. Je la sens excitée de reprendre le collier, malgré ses 10495 heures.


La sécheresse préoccupe le gouvernement

La Financière suit de près la situation concernant le manque de précipitations observées sur l’ensemble du territoire agricole québécois, indique la conseillère en communication et en relations publiques Valérie Beaulieu. Un comité de suivi réunissant des représentants de la Financière agricole du Québec, de l’UPA et du MAPAQ a été mis sur pied. Selon la […] Lire la suite

Nouvelles les plus populaires de la semaine

Voici les nouvelles les plus consultées sur le site du Bulletin des agriculteurs au cours de la dernière semaine. Bonne lecture. Anomalies observées dans les champs de maïs québécois Un manque d’eau sévère et des excès de chaleur marqués ont laissé une empreinte bien visible dans plusieurs champs de maïs québécois. Des collaborateurs du Bulletin […] Lire la suite


Une cellule de crise pour le foin

Le MAPAQ, la Financière et l’UPA s’unissent pour trouver des solutions

La sécheresse préoccupe le milieu agricole à un point tel qu’une cellule de crise a été mise en place en juin ralliant le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), la Financière agricole et l’Union des producteurs agricoles (UPA).

L'équipe de la Ferme Brylee: Lise Villeneuve, Kim et Brian Maloney.

En temps de sécheresse, il faut éviter d’épuiser les pâturages

Le producteur bovin Brian Maloney y va de quelques conseils pour mieux gérer la sécheresse dans les pâturages

Le producteur de bovins Brian Maloney de la Ferme Brylee de Thurso en Outaouais explique qu'il prend ses décisions en fonction de l'herbe présente dans ses pâturages. Le nombre d’animaux qu'il y mettra en dépend. Même un producteur d’herbe expérimenté comme lui avoue qu’il a abusé du système l’an dernier et qu’il en paie le prix cette année.


Nouvelles les plus populaires de la semaine

Voici les nouvelles les plus consultées sur le site du Bulletin.com au cours de la dernière semaine. Bonne lecture. Chronique experts fourragers: Et si on jasait fertilisation des prairies Un fourrage de qualité en quantité suffisante est possible, mais il faut investir sur une fertilisation adéquate en fonction des résultats espérés et de ce qu’il […] Lire la suite

Le Bulletin des agriculteurs, juin 2020

Le magazine du Bulletin de juin s’en vient!

Ne ratez pas notre blogueur vedette Paul Caplette sur le couvert du Bulletin!

Paul Caplette est une figure bien connue du milieu agricole. Le Bulletin s'est rendu à Saint-Robert à la ferme de l'agriculteur vedette pour vous fait découvrir d’autres facettes du personnage. À lire en page couverture. Voyez aussi comment effectuer des pulvérisations vraiment efficaces. Photoreportage : visitez une ferme d’élevages de génisses laitières nouveau genre. Il ne faut surtout pas rater le magazine de juin du Bulletin des agriculteurs!


La fermeture des hôtels, restaurants et institutions en raison de la COVID-19 a fait mal à plusieurs secteurs de l'agriculture québécoise.

La fermeture des restaurants fait plus mal que prévu

Le président de l’UPA, Marcel Groleau, ne pensaient pas au début de la crise de la COVID-19 que le secteur de la restauration aurait un tel impact

La COVID-19 fait mal dans plusieurs productions agricoles. De tous les impacts, c'est la fermeture des HRI (hôtels, restaurants et institutions) qui fait le plus mal. Tour d'horizon des principaux impacts de la COVID sur l'agriculture, secteur par secteur.

Chauler pour un sol en santé

Ce n’est qu’aux alentours d’un pH de 7 qu’à la fois l’azote, la potasse et le phosphore deviennent entièrement disponible

Au Québec, les sols sont généralement acides en raison notamment du climat et de l’action des microorganismes. Un chaulage régulier et un bon pH aident la plante à croître sans que l’acidité du sol nuise à son développement.