3e congrès de l’Union paysanne : faire de la place aux agriculteurs laissés pour compte par l’industrie agricole

Saint-Germain-de-Kamouraska (Québec), 28 octobre – Le 3e Congrès de l’Union paysanne s’est ouvert le 29 novembre au Centre paysan de Ste-Croix-de-Lotbinière.

Le Congrès a comme toile de fond la demande d’accréditation syndicale adressée récemment au Gouvernement par l’Union paysanne, la réforme majeure de l’agriculture proposée par le récent rapport du BAPE sur l’industrie porcine, et la crise agricole qui atteint présentement des milliers de producteurs menacés de disparition dans le lait, le sirop d’érable, le boeuf, etc. Ces derniers sont de plus en plus nombreux à contester la priorité accordée par leurs dirigeants aux seules entreprises agricoles capables d’affronter la compétition internationale et le monopole des agences de mise en marché qui n’arrivent plus à leur garantir un revenu convenable.

Le Congrès de cette année ne prévoit pas d’invités ni d’interventions spectaculaires. Il propose plutôt aux congressistes un atelier de travail pour mettre au point la structure et le plan d’action de l’Union paysanne pour être en mesure de relever les défis qui l’attendent au cours des prochains mois : faire de la place aux agriculteurs laissés pour compte par l’industrie agricole et faire connaître les solutions alternatives qu’offre l’Union paysanne à la crise actuelle des fermes familiales et paysannes. L’Union paysanne estime que c’est la meilleure façon de forcer le Gouvernement a lui accorder l’accréditation syndicale et à lui permettre de revendiquer un droit de produire et de manger autrement à toutes les tables de décisions.

La réforme proposée par la rapport du BAPE est une occasion supplémentaire de faire valoir les solutions que propose l’Union paysanne au niveau du financement des fermes familiales et écologiques et de la mise en marché sur la base de cahiers de charges plutôt que par des plans conjoints qui sont devenus de plus en plus contraignants et inefficaces.

En deux ans d’existence, l’Union paysanne a su se gagner l’appui de nombreux agriculteurs et citoyens et se qualifier dans l’opinion publique comme deuxième syndicat agricole et porte parole d’une alternative pour le monde agricole et les citoyens qui veulent un avenir différent.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union Paysanne
http://www.unionpaysanne.com/

Commentaires