Sept millimètres de pluie. Assez pour noircir le sol, sortir les mauvaises herbes, donner un répit aux haricots et laisser la chance au vers de terre de sortir dehors.

Météo sur « snooze »

Notre belle pluie qu’on attendait avec impatience est tombée en sourdine

J’ai le sentiment qu’on peut espérer une autre séquence de pluie pour enfin réveiller nos champs. Jusqu’à date ils sont plutôt en mode sommeil léger. Ça respire, c’est vivant, mais ça dort au gaz en attendant le prochain « wake up call ».

Un jour, l'ensemble de nos champs seront délimités par de beaux arbres majestueux.

Les avantages de l’agroforesterie en pleine canicule

Imaginez ce que la force du nombre représente comme solution à l’amélioration de notre territoire face aux changements climatiques

Agroforesterie. Un mot qui peut faire peur dépendamment de l’image qu’il représente pour nous. Je ne parle pas de reboiser nos terres cultivables, mais bien de peut-être penser créer certaines zones de façon stratégique pour tirer profit de ces aménagements.


De beaux épis bien grappés. Potentiel de 54 grains. Ça prend de la pluie pour s'assurer une bonne pollinisation et un bon remplissage.

Momentum sur la glace comme au champ

On se donne sans compter comme s’il n’y avait pas de lendemain et que seule la victoire comptait

Le blé arrive à sa période critique de pollinisation. Les épis sont beaux et bien grappés. Nous sommes tout près du but. Ça nous prend de la pluie ce jeudi pour bien les remplir. Comme nos joueurs du Canadiens, on a le momentum et on s’organise pour le garder de notre bord. Faut y croire!

Le régulateur de croissance donne une couleur plus verte au blé dans la section de droite. Une pesée est prévue à la récolte.

Le blé sous la loupe

Quand on est si près du but chaque petit détail compte

L’année catastrophique 2019 suivie de 2020 qui fut assez moche dans l’ensemble, nous ont refroidi, mais cette année, wow! On démarre avec une reprise hivernale exceptionnelle. On s’est même permis de rêver qu’on pouvait se donner l’objectif d’atteindre 10 000 kg/ha.


Le bitcorn

Le bitcorn

Au prix actuel on couvre amplement nos objectifs les plus fous

Je ne suis pas du genre à attendre pour voir ce qui se passe. Dans une telle situation exceptionnelle c’est un peu plus difficile de s’y retrouver. Nos repères habituels sont disparus. On fait quoi? Le marché va faire quoi?

L’affaire Louis Robert: une guerre de bouette

L’affaire Louis Robert: une guerre de bouette

Quand je veux un deuxième avis sur mon choix de pesticides j’appelle qui?

Ce que j’aime un peu moins de l’affaire Louis Robert c’est que j’ai l’impression qu’il jette une grosse motte de terre en plein milieu d’un trou d’eau, au beau milieu d’un champ compacté… Si on veut vraiment que les nouvelles avancées technologiques s’appliquent sur les fermes ça nous prend plus de ressources d’accompagnement dans le champ.


Le danger de la roulette russe

Le danger de la roulette russe

Il n’est jamais trop tard pour travailler de façon professionnelle avec les produits de phytoprotection

J’estime qu’à peine 25% des agriculteurs se protègent de façon adéquate. Pourquoi? Parce qu’il n’y a rien là, parce qu’on a peur d’énerver la population qui nous voit habillé en extraterrestre, parce qu’on n’a pas connu de gens malades autour de nous… Inutile de jouer à la roulette russe, surtout si je sais que la balle est dans mon camp.

Les feuilles sont dressées, bonne population et bonne vigueur. Opération azote arrive à grand pas.

Opération azote

Plus on applique de grande quantité d’azote en un seul passage plus on augmente nos chances d’en perdre

Jusqu’à date notre départ est excellent et on ne veut pas rater notre chance. Il nous faut donc attarder beaucoup d’attention à une foule de détails comme s’assurer d’avoir une bonne gestion de l’azote. Efficacité assurée et diminution des pertes inutiles.


C’est simple, faut penser vert.

Penser vert

On dirait qu’on se prépare à semer du maïs dans des champs de foin tellement c’est vert partout

L’an dernier j’ai reçu une leçon d’humilité en ayant laissé trop longtemps le couvert en place tellement il était beau. J’ai une crainte ou un bizarre de sentiment cette année, comme si le spectre d’un autre été sec se pointe à l’horizon.

Pas évident de faire la commande sous la neige, mais le lendemain matin on a réalisé que c'était la bonne décision.

Pâques tôt, printemps tôt

Malgré les satellites et les connaissances des météorologues Dame Nature est énigmatique et complexe

Jeudi dernier, alors qu’il neigeait à plein ciel, j’hésitais à commander nos premiers fertilisants pour notre blé d’hiver déjà démarré. On a donc passé une commande raisonnable. Vendredi matin, tout était épandu et je regrettais de ne pas avoir doublé la commande. J’ai alors profité de la situation pour faire un beau test.