Quatre étudiants du Campus Macdonald récompensés

Montréal (Québec), 18 avril 2007 – L’expérience sur le terrain est le moyen par excellence de mettre en pratique les connaissances apprises en classe. Tous les ans, la société Financement agricole Canada (FAC) lance un défi à l’ensemble des étudiants inscrits dans un programme menant à un diplôme en agriculture au Canada. Elle leur demande de travailler avec des exploitations agricoles d’expérience à l’élaboration de plans d’affaires véritables et solides. Les prix décernés aux quatre plans d’affaires s’étant le plus démarqués pour leur grande qualité au sein du programme de gestion et exploitation d’entreprise agricole ont été présentés le 18 avril au Campus Macdonald.

Les heureux gagnants sont Martin Estermann, Jonathan Blais, Thomas Ammerlaan et Karyl Hardy Demers. Tous les étudiants de troisième année du programme de gestion et exploitation d’entreprise agricole doivent rédiger un plan d’affaires dans le cadre de leur projet de ferme, pierre angulaire de leur formation. « Ce projet constitue l’examen exhaustif du programme et une expérience d’apprentissage d’une valeur inestimable. Les prix FAC encouragent l’élaboration de plans d’affaires de qualité et apportent une reconnaissance au mérite de ces projets, » explique Peter Enright, directeur du programme de gestion et exploitation d’entreprise agricole. « Par ailleurs, c’est un atout pour l’entreprise familiale ou l’employeur de voir un étudiant retourner à la maison armé d’un plan d’affaires solide et du bagage de compétences requis pour le redéfinir et l’actualiser au gré des conditions du marché. »

Martin Estermann a préparé un plan d’affaires pour le troupeau de 70 vaches laitières que détient sa famille à Dundee, Québec. Immigrés au Québec il y a dix ans, ses parents ont fait l’acquisition d’une ferme laitière dont l’exploitation avait été abandonnée et l’ont fait croître depuis. Dans son projet de ferme, Martin a su découvrir quelques investissements mineurs et certaines améliorations techniques pouvant être apportées pour améliorer la situation financière de la ferme.

Jonathan Blais s’est investi dans l’élaboration d’un plan pour l’exploitation porcine familiale située à Saint-Elzéar de Beauce. En dépit de la situation difficile que connaît cette industrie résultant de la hausse du dollar canadien, du prix des denrées agricoles et des préoccupations en matière de santé animale, Jonathan a su démontrer que de légères modifications au niveau de la gestion de ses porcheries, combinées à l’achat de certains équipements écoénergétiques, pourraient réduire ses coûts de production tout en améliorant sa productivité et son résultat net.

Thomas Ammerlaan de St-Valentin, ville située au sud de Montréal, s’est également intéressé à la ferme laitière de ses parents pour son projet. Il a choisi de miser sur une plus grande quantité de forages, de meilleures pratiques de gestion de l’alimentation et des troupeaux ainsi qu’une collecte de données améliorée sur la ferme. À l’instar des autres projets, il a su démontrer que ces initiatives conduisaient à l’amélioration de la situation financière de l’exploitation.

Karl Hardy Demers a tiré son inspiration de ses parents, anciens exploitants d’une ferme laitière à Ste-Cécile de Levrard. Vers le milieu des années 1990, ils avaient dû réduire leurs activités pour des raisons de santé. Avant son arrivée à McGill, Karl et ses parents ont pris la décision de mettre un terme à l’exploitation laitière. Dans ce contexte, le projet de Karl en est essentiellement un de démarrage – ce qui est extrêmement rare dans l’industrie laitière. Il a su montrer comment tirer parti des programmes de soutien offerts aux jeunes agriculteurs pour obtenir le quota et le financement nécessaires au redémarrage de l’entreprise.

Les projets gagnants ont été sélectionnés par les enseignants du programme de gestion et exploitation d’entreprise agricole de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’environnement implantée au Campus Macdonald. Ce programme d’enseignement académique et pratique d’une durée de trois ans mène au diplôme d’études collégiales (DEC) et constitue le seul programme de formation collégiale offert à l’Université McGill.

Financement agricole Canada (FAC) offre des produits et services commerciaux et financiers à une clientèle d’exploitants agricoles, de fermes familiales et d’entreprises relevant du domaine de l’agriculture.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Financement agricole Canada (FAC)
http://www.fac-fcc.ca/

Université McGill
http://www.mcgill.ca/

Commentaires