16 millions de dollars pour l’industrie serricole

Longueuil (Québec), 17 mars 2003 – Après un long et coûteux hiver pour les producteurs en serre, l’annonce budgétaire récente d’un programme de soutien et de développement de l’industrie serricole, évalué à 16 millions de dollars sur trois ans, arrive juste à point pour remonter le moral des troupes.

Les montants annoncés le 11 mars 2003 par Mme Pauline Marois visent àaméliorer la compétitivité, de même que le positionnement sur le marché, de laserriculture québécoise. Les 16 millions prévus au budget seraient répartissur trois ans et serviraient à soutenir les producteurs en serre dans leursefforts de modernisation, d’agrandissement, et de développement technologiquedes entreprises.

Il aura fallu plus de 20 rencontres, 15 lettres et de multiplescorrespondances techniques entre les représentants du Syndicat des producteursen serre du Québec (SPSQ) et ceux du Ministère de l’agriculture, des pêcherieset de l’alimentation du Québec (MAPAQ), du Ministère des Finances (MF), duMinistère des Ressources Naturelles (MRN) et du gouvernement pour s’entendresur les bases d’un support au développement de la serriculture.

Selon le président du SPSQ, André Mousseau, c’est une lettre datée du 6juin 2001 émanant du Premier Ministre du Québec, M. Bernard Landry, qui apermis de sérieusement démarrer les travaux. Dans sa lettre, M. Landryaffirmait sa confiance dans le secteur serricole et sa volonté que lesministères concernés travaillent ensemble pour trouver des solutions.

« Aussi, nous avons senti depuis le début que notre Ministre, M. MaximeArseneau, de même que son équipe de fonctionnaires au MAPAQ, nous appuyaientet considéraient le développement de la serriculture au Québec commeprioritaire », de souligner M. Mousseau. « Nous souhaitions davantage d’argent,mais nous sommes convaincus que l’aide actuelle permettra de démontrer hors detout doute le potentiel de développement de notre industrie ».

Effectivement, des études réalisées indiquent que la croissance de lademande des produits de serre atteindrait 10% par année. Ce marché endéveloppement, jumelé à des politiques économiques favorables dans cesprovinces, explique en bonne partie que les superficies de serre ont plus quedoublé en Ontario et en Colombie-Britannique depuis 7 ans.

« Nous discutons de façon intense avec le MAPAQ, pour que nos producteursaccèdent au programme dans les plus brefs délais : de beaux projets sont surla glace depuis des années et n’attendent qu’un coup de pouce… », conclue leprésident du SPSQ.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Ministère des finances du Québec
http://www.finances.gouv.qc.ca/

Ministère des Ressources Naturelles du Québec
http://www.mrn.gouv.qc.ca/

Syndicat des producteurs en serre du Québec (SPSQ)
http://www.fihoq.qc.ca/html/spsq.html

Commentaires