Bientôt de nouveaux emplois dans l’industrie serricole

Longueuil (Québec), 18 décembre 2002 – « Après des années de travail avec le gouvernement pour relancer la serriculture, celui-ci démontre enfin une volonté à miser sur notre secteur de production pour relancer l’économie des régions du Québec ».

Telle est la réaction qu’a exprimé M. André Mousseau, président du Syndicat des producteurs en serre du Québec (SPSQ), qui se dit en effet optimiste à la suite de l’inclusion de l’industrie serricole dans le document Vers le plein emploi dévoilé par Mme Pauline Marois, Ministre des Finances et Vice-Première Ministre du Québec. Le document précise notamment que «la construction de nouvelles serres et la modernisation des serres existantes pourront entraîner des investissements significatifs et la création d’environ 700 emplois directs et indirects, notamment en région».

Cette annonce fait d’ailleurs suite à l’allocution de Maxime Arseneau, Ministre de l’agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), lors du congrès de l’Union des producteurs agricoles. Le ministre annonçait alors des mesures structurantes pour la serriculture, et affirmait travailler avec ses collègues «afin de dégager les marges de manœuvre budgétaires nécessaires à [leur] succès», et qu’il avait «bon espoir que le dossier sera conclu rapidement».

Un marché en pleine expansion

Pour le président du SPSQ, cette annonce arrive à point. En effet, malgré une augmentation rapide et importante de la demande de légumes de serre et de produits ornementaux en Amérique du Nord, les producteurs en serre du Québec n’ont pas été en mesure de suivre le développement majeur de la serriculture en Ontario et en Colombie-Britannique.

« Les ventes de produits de serre ontariens ont augmenté de plus de 600 millions de dollars depuis 1993, alors que l’augmentation n’était seulement que de 61 millions pour la production du Québec », affirme M. Mousseau. «Pourtant, nos producteurs sont réputés produire la meilleure qualité en Amérique du Nord».

Fort potentiel de création d’emplois

C’est pour permettre aux producteurs québécois de mieux alimenter ce marché en expansion que le syndicat travaille d’arrache-pied depuis plus d’un an avec des représentants du MAPAQ, du Ministère des Finances, et du Ministère des Ressources Naturelles. Grâce aux efforts soutenus des différents intervenants, le plan de soutien et de développement de la serriculture serait sur le point de relancer l’industrie. Le SPSQ évalue que l’industrie serricole est en mesure de rapidement créer plus de 700 emplois et générer des investissements de plus de 50 millions de dollars de la part des producteurs.

« Notre secteur représente la nouvelle économie de l’agriculture: la serriculture moderne produit des végétaux pour plus de 1 million de dollars par hectare à chaque année, mais nous devons pour cela être à la fine pointe de la technologie. De plus, nous sommes le secteur agricole qui peut créer rapidement le plus d’emplois permanents », soutient M. Mousseau.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Ministère des finances du Québec

http://www.finances.gouv.qc.ca/

Ministère des Ressources Naturelles du Québec

http://www.mrn.gouv.qc.ca/

Syndicat des producteurs en serre du Québec (SPSQ)

http://www.fihoq.qc.ca/html/spsq.html

Commentaires