Entente de régionalisation pour le développement du bioalimentaire en Montérégie

Longueuil (Québec), le 7 avril 2000 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, monsieur Rémy Trudel, la ministre responsable de la Montérégie, madame Pauline Marois, et le ministre des Régions, monsieur Jean-Pierre Jolivet, ont procédé aujourd’hui à la signature officielle d’une entente de régionalisation qui permettra de consolider et de renforcer l’industrie bioalimentaire de la Montérégie.







La conclusion de cette entente confirme la reconnaissance du Conseil de développement du bioalimentaire de la Montérégie comme étant l’instance de concertation qui veillera à favoriser le développement de ce secteur économique au niveau régional.


La conclusion de cette entente confirme la reconnaissance du Conseil de développement du bioalimentaire de la Montérégie comme étant l’instance de concertation qui veillera à favoriser le développement de ce secteur économique au niveau régional. « La définition d’une vision commune du développement agricole et agroalimentaire constitue la meilleure façon de permettre à une région comme la Montérégie d’exploiter son plein potentiel et d’assurer sa croissance », a déclaré le ministre Rémy Trudel.

L’organisme bénéficiera d’un soutien de 400 000 $, sur deux ans, pour assumer son mandat. La contribution financière du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation se chiffre à 200 000 $. Le Conseil régional de développement (CRD) de la Montérégie y consent également une aide de 200 000 $ via le Fonds de développement régional qui est mis à sa disposition par le ministère des Régions. « Cette initiative témoigne de la volonté du gouvernement du Québec d’adapter ses interventions aux priorités identifiées par ses partenaires locaux et régionaux », a précisé le ministre Jolivet.

« Je constate avec beaucoup de satisfaction que les divers intervenants de notre région, tant politiques qu’économiques, ont donné suite aux orientations que nous avions établies lors du Sommet économique de la Montérégie de 1997. La création du Conseil de développement du bioalimentaire de la Montérégie est un bel exemple des résultats qui découlent de l’esprit de collaboration et du dynamisme qui caractérisent notre région », a conclu madame Marois.

L’entente permettra, en outre, de promouvoir l’embauche de nouveaux agents de développement ruraux pour les centres locaux de développement (CLD) qui ne disposent pas encore de cette ressource. Le Conseil de développement du bioalimentaire de la Montérégie aura aussi comme mandat d’accompagner les CLD du territoire pour qu’ils incluent le volet bioalimentaire parmi leurs outils de développement de l’économie et de l’emploi.

Le mandat confié au CDBM correspond aux priorités qui sont définies dans l’entente cadre de développement conclue entre le CRD de la Montérégie et le gouvernement du Québec. On y retrouve notamment la valorisation de l’agriculture, la mise en valeur des ressources bioalimentaires, la mise en œuvre de conditions pour favoriser la création et l’expansion d’entreprises de transformation des productions agricoles et le développement d’une expertise de commercialisation locale et internationale.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Ministère des régions

http://www.sdr.gouv.qc.ca/

Commentaires