Épis édentés, la cause

En plus du jaunissement des feuilles, un autre phénomène semble être plus récurrent cette année dans les champs de maïs, soit l’absence de grains sur les épis. Certains épis sont incomplets ou d’autres possèdent des rangées de grains irrégulières et des grains absents.

Source: Dekalb

Source: Dekalb

Il semblerait que la sécheresse serait la cause principale de ces épis incomplets. Selon le ministère de l’Agriculture de l’Ontario, les cultures de maïs ont besoin d’environ 50 cm d’eau pendant la saison de croissance pour produire des rendements élevés. C’est entre le moment de la formation de la panicule mâle et celui de l’apparition des soies que le maïs souffre le plus de la sécheresse et que celle-ci peut occasionner des pertes de rendement si un autre stress est présent.

Si le manque d’eau survient pendant la formation des soies, il peut nuire à la pollinisation et empêcher les soies d’apparaître. Dans le cas d’une sécheresse survenant après le stade de l’apparition des soies, elle peut nuire au remplissage des grains.

Source: Dekalb

Source: Dekalb

Stéphane Myre, agronome pour Dekalb, apporte d’autres pistes de solution. Il pourrait aussi s’agir d’insectes, tels que la chrysomèle du maïs ou les scarabées japonais qui font friands des soies de maïs. Un stress de sécheresse pourrait également causer une dessiccation du pollen, soit la mort du pollen parce qu’il a séché. À l’inverse, le temps nuageux et pluvieux freine la photosynthèse et son impact est plus perceptible si le temps nuageux perdure. Dans ce cas, la pollen n’est pas libéré alors que les soies sont réceptives.De même, les variations de températures peuvent causer retarder la sortie des soies, ou les rendre non réceptives. Certains grains peuvent aussi avorté, ce qui peut être le cas si le plant de maïs a connu des problèmes au sujet de la photosynthèse et de la production d’énergie.

Certaines pratiques de régie peuvent amoindrir l’impact de la sécheresse. Stéphane Myre suggère de considérer le choix des produits de semences, la gestion de l’eau et des éléments nutritifs, le travail du sol, la densité de peuplement, l’écartement des rangs, la lutte contre les insectes et l’application des traitements herbicides au bon moment.

Source: Ministère de l’Ontario, Dekalb

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires