La coalition SOS-Pronovost prend la défense du Rapport Pronovost

Montréal (Québec), 8 mai 2009 – Un peu plus d’un an après la publication du rapport Pronovost sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois, une coalition réunissant plusieurs groupes importants d’agriculteurs, de consommateurs, de citoyens et d’écologistes vient d’adresser une lettre au Premier ministre lui demandant de mettre en oeuvre sans tarder les réformes proposées par la Commission Pronovost et le rapport Saint-Pierre, qui font un large consensus en faveur d’une agriculture plus diversifiée, plus enracinée dans nos territoires et plus respectueuse de la nature. Cette lettre est en quelque sorte le manifeste rassembleur de la Coalition. C’est la première fois qu’un tel regroupement, englobant à la fois les volets agriculture, alimentation, environnement et santé, se manifeste pour défendre le Rapport Pronovost et exiger du Gouvernement sa mise en oeuvre sans délai.

« Nous estimons que votre gouvernement a en mains tous les éléments pourprocéder à des réformes majeures devenues incontournables, peut-on lire dansla lettre envoyée au Premier ministre. Après toutes ces années de réflexion etde travail, l’heure de vérité est arrivée. Votre gouvernement ne peut plus sedéfiler. Il se doit de défendre l’intérêt collectif dans ce dossier et de nepas laisser des intérêts corporatifs saboter une politique agricole aussivitale pour l’ensemble du Québec. Si on devait passer à côté de cetteopportunité, il faudrait faire notre deuil à jamais d’une agriculturequébécoise et d’une souveraineté alimentaire chez nous. »

La Coalition se dit inquiète des signaux qui émanent du Gouvernement duQuébec depuis quelques mois. Durant la dernière campagne électorale, lePremier ministre à donné son accord à un comité bipartite Etat-Union desProducteurs agricoles, qui constitue une sorte de droit de veto de l’UPA surune réforme à laquelle elle s’oppose fortement et publiquement. Récemment, leMinistère de l’Agriculture a aussi engagé un opposant notoire au rapportPronovost (Michel Morisset) à titre de consultant pour la future politiqueagricole.

Dans sa lettre au Premier ministre, la Coalition rappelle que le RapportPronovost, et celui plus récent de Michel Saint-Pierre sur le soutien del’Etat aux agriculteurs, ne proposent nullement d’éliminer l’agricultureindustrielle et le soutien public aux agriculteurs, comme certains aimeraientle faire croire, mais plutôt de repositionner notre agriculture en fonctiondes exigences actuelles du marché, de l’occupation du territoire, de lademande des consommateurs et de la protection de l’environnement en faisantune place plus grande dans nos politiques agricoles à une agriculturemultifonctionnelle, territoriale et écologique. « Avec les rapports Pronovostet Saint-Pierre, rappelle Richard Favreau, président d’Avenue BIO de l’Est, leregroupement des producteurs et productrices horticoles biologiques duBas-Saint-Laurent, apparaît enfin l’espoir de corriger l’injustice causée à denombreux producteurs. Le nouveau programme de gestion des risques agricolesproposé par Saint-Pierre est un pas dans la bonne direction. De plus, leContrat d’agriculture multifonctionnelle reconnaît enfin la valeur sociale etenvironnementale des fermes biologiques et marque une orientation claire pourle développement de l’agriculture de demain ».

La Coalition déplore que le débat se fasse encore en vase clos, loin desconsommateurs, des citoyens et même des agriculteurs sur le terrain, bienqu’il s’agisse d’enjeux de société déterminants pour l’avenir du Québec, deses collectivités territoriales, de l’alimentation et de la qualité de vie deses citoyens. Elle exige donc du Premier ministre « que son gouvernement rendepublic d’ici l’été un énoncé de politique agricole qui reflète pourl’essentiel l’esprit et les orientations définies dans le Rapport Pronovost etle Rapport Saint-Pierre, et qui soit suffisamment précis pour servir de baseaux réformes proposées, de façon à ce que le débat public puisse se faire entoute transparence et équité »

Parmi les signataires de la lettre au Premier ministre on retrouve desfermes et des artisans de tous les coins du Québec (Union paysanne, Avenue biode l’Est, Collectif d’agriculteurs du Bas-St-Laurent, Fromagerie Au Gré desChamps, etc.), des associations de consommateurs (Union des consommateurs,Association Manger Santé Bio, Jardins collectifs, Banques alimentaires), desgroupes écologiques (Greenpeace, Les Ami(e)s de la Terre de Québec, Groupe derecherche écologique de la Baie, Réseau contre les OGM), des organisationscitoyennes (Parti vert du Québec, Québec solidaire, Coalition pour un Québecdes régions), des personnalités impliquées (Daniel Pinard, Renée Frappier,Hugto Latulippe, des agronomes , etc.). Il s’agit donc d’appuis de personneset de groupes représentatifs, impliqués et pleinement conscients des enjeuxvisés.

Parallèlement à cette prise de position, d’autres groupes importantsprévoient intervenir parallèlement sur le sujet, notamment Solidarité rurale,les deux grandes Unions municipales, Equiterre, Nature-Québec, le Regroupementdes Conseils régionaux de l’environnement, etc.

Pour sa part, la Coalition SOS-Pronovost entend veiller et intervenirjusqu’à ce que le virage agricole préconisé par le Rapport Pronovost soit misen oeuvre

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Equiterre
http://www.equiterre.org

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

Réseau québécois contre les OGM (RQcOGM)
http://www.multimania.com/rqcogm/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Union Paysanne
http://www.unionpaysanne.com/

Commentaires