La traçabilité maintenant dans le sirop d’érable

L’entreprise Epsilia a mis sur pied un premier outil de traçabilité destiné au secteur acéricole. Ce dernier a été développé avec la collaboration de l’érablière la Coulée Franche. Appelé tracéricole, la solution permet à l’érablière de retracer de façon informatisée toutes les informations relatives aux intrants dans sa production, ainsi qu’au niveau de la distribution. Selon Epsilia, cette micro-traçabilité de la production acéricole serait une première mondiale.

La solution, qui couvre les aspects de la production, la transformation et la vente, se veut également un élément pour faciliter les exportations dans d’autres secteurs de l’industrie agroalimentaire, en plus de satisfaire les demandes accrues des clients. Epsilia indique dans un communiqué de presse que « la solution tracéricole permet aux producteurs, aux distributeurs et aux exportateurs d’obtenir à tous moments les rapports détaillés exigés par la Fédération des producteurs, les experts comptables, les certificateurs biologiques et les autorités gouvernementales ».

C’est le propriétaire de l’érablière la Coulée Franche, Henri-Paul Rousseau, qui a approché Epsilia pour développer un logiciel de traçabilité qui s’appliquerait à la production et à la distribution des produits de l’érable. Le producteur de sirop biologique est situé à Dunham et se consacre à la production acéricole bio depuis 20 ans. Toute l’équipe a participé activement à la conception et à la réalisation de l’application qui sera dévoilée lors du Symposium international sur l’érable qui se déroulera pour une première fois à Québec dès le 20 novembre.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires