L’industrie horticole connaît une croissance soutenue

Québec (Québec), 13 février 2008 – De 2003 à 2006, parmi les activités du secteur agricole, l’horticulture québécoise a connu la plus forte augmentation des recettes monétaires. En effet, au cours de cette période, les recettesmonétaires horticoles en provenance du marché sont passées de 738 M$ à 833 M$,soit une augmentation de 13 %, comparativement à la production laitière(10 %), à l’ensemble des productions animales (6 %) et à l’ensemble desproductions végétales (5 %). C’est ce que révèle entre autres le Profilsectoriel de l’industrie horticole du Québec éd. 2007, la nouvelle publicationconjointe du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation duQuébec et de l’Institut de la statistique du Québec.

Une industrie présente sur la scène internationale
Le Québec est présent sur le marché d’exportation des fruits, deslégumes, des pommes de terre et de l’horticulture ornementale. De 2003 à 2006,les fruits ont connu une forte augmentation de 52,1 %, passant de 123,9 M$ à188,6 M$. Durant cette période, la valeur des exportations des légumes aaugmenté de 140,5 M$ à 160,5 M$, soit une hausse de 14,2 %. Par ailleurs, lesexportations de pommes de terre ont cependant diminué de 14,8 %, passant de29,1 M$ à 24,8 M$, tout comme celles de l’horticulture ornementale, qui ontbaissé de 22,3 %, passant de 47 M$ à 36,7 M$. En 2006, les exportations deproduits horticoles totalisaient 410,6 M$.

Afin de répondre à la demande domestique, le Québec importe des produitshorticoles, notamment pour des besoins saisonniers et pour la variété desproduits tropicaux. De 2003 à 2006, les importations de fruits ont augmenté de15,1 %, comparativement aux légumes (5,4 %), à l’horticulture ornementale(8,1 %) et aux pommes de terre (17,5 %). En 2006, les importations de produitshorticoles totalisaient de 846,2 M$.

Une industrie dans une économie de marché
L’industrie horticole doit faire face à une forte concurrenceinternationale. Malgré ce fait, l’industrie horticole affiche une très bonneperformance dans son ensemble, puisqu’elle réussit à accroître ses recettesmonétaires de marché plus que toute autre production agricole, et ce, sansaide gouvernementale majeure.

Une industrie créatrice d’emplois
Créatrice d’emplois (38 628 emplois en 2003), l’horticulture représenteenviron 30 % des emplois de la production agricole, suivie de la productionlaitière (24 %), de la production de bovin de boucherie (10 %), des céréaleset protéagineux (9,4 %), de l’acériculture (8 %) et de la production porcine(7 %). Concernant la production horticole, 72,3 % de la main d’oeuvreappartient à la production des fruits, des légumes et des pommes de terre,11,1 %, à l’horticulture ornementale et 16,7 %, aux cultures abritées.Considérant 75,7 % de main d’oeuvre embauchée, comparativement à 24,3 %familiale, cette donnée fait contraste avec la production laitière où 75,5 %de la main-d’oeuvre est familiale, comparativement à 24,5 % embauchée.

Une industrie tournée vers l’avenir
L’horticulture québécoise est une industrie qui augure bien au niveau dela demande de produits, si l’on considère le lien de plus en plus établi entrela santé et l’alimentation et notamment l’apport avantageux des fruits etlégumes. D’ailleurs, dans le Guide alimentaire du Canada, produit par SantéCanada, on recommande à un adulte de consommer de 7 à 10 portions de fruits etlégumes par jour. Actuellement, les nutritionnistes considèrent que l’atteintede cette cible passe par une augmentation générale de la consommation de cesaliments. Toutefois, sur le terrain, de 2003 à 2006, la consommation apparentetotale de fruits frais et transformés, par personne et par an, a connu unelégère hausse de 2,2 %, passant de 132 kg à 135 kg. A l’opposé, laconsommation apparente totale de légumes frais et transformés a connu unelégère baisse de 3,8 %, diminuant de 182 kg à 175 kg.

Enfin, l’horticulture ornementale est de plus en plus appréciée par lesconsommateurs qui associent aussi la santé aux saines habitudes de vie, parexemple par la pratique du jardinage.

L’Institut de la statistique du Québec produit et diffuse une informationstatistique pertinente, fiable et actuelle sur l’évolution socioéconomique duQuébec et de la société québécoise. Il constitue le lieu privilégié deproduction et de diffusion de l’information statistique officielle pour lesministères et organismes du gouvernement, et il est responsable de toutes lesenquêtes d’intérêt général.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Institut de la statistique du Québec
http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/agricult/index.htm

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires