Marché des grains: froid, pétrole et dollar

Après quelques semaines d’hésitation, les principaux grains ont tous terminé à la hausse vendredi dernier. Les bonnes nouvelles quant aux exportations américaines ont permis de compenser pour la hausse du dollar américain et le prix toujours plus faible du baril de pétrole.

Le prix de pétrole brut a en effet reculé de 40% depuis l’été dernier. Bien qu’une baisse du prix de la ressource signifie des coûts plus faibles, cela affecte également les autres sources d’énergie telle que l’éthanol et par conséquent le maïs. La production d’éthanol demeure toutefois robuste et la demande pour le soya et le maïs américains reste forte. Selon les derniers chiffres sur les ventes hebdomadaires, les ventes de soya ont dépassé les attentes.

Le blé qui est toutefois disponible aussi à l’étranger n’a pas bénéficié de ce mouvement. La céréale a cependant bénéficié des craintes quant aux conditions météo qui sévissent en Ukraine et en Russie. Les analystes commencent à anticiper un gel hivernal puisque la neige est toujours absente dans la région pour protéger les cultures. Il faudra surveille les précipitations en Amérique du Sud afin de voir le continent recevra suffisamment de précipitations pour compenser pour le printemps sec.

Le boisseau de maïs pour mars a terminé vendredi à 3,9500 $US contre 3,8875 $US vendredi dernier, soit une hausse de 1,6%. Le boisseau de blé pour mars également a clôturé à 5,9400 $US par rapport à 5,7850 $US la semaine dernière pour un gain de 2,7%. Le boisseau de soya pour janvier est reparti vers le haut et a affiché un gain de 2$ pour terminer la semaine à 10,3600 $US contre 10,1600 $US une semaine plus tôt.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires