Mesures supplémentaires pour aider l’industrie bovine canadienne

Ottawa (Ontario), 12 août 2003 – Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Lyle Vanclief, a annoncé deux nouvelles mesures destinées à accroître l’aide offerte au secteur canadien de l’élevage, qui doit faire face aux répercussions de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). La première mesure est une affectation supplémentaire de 36 millions de dollars s’ajoutant aux fonds consacrés par le gouvernement du Canada au programme national visant le redressement de l’industrie bovine à la suite de l’ESB. La seconde consiste en des paiements anticipés versés aux producteurs de manière transitoire jusqu’à ce que les nouveaux programmes de gestion des risques de l’entreprise soient en vigueur à l’échelle nationale.

Le financement supplémentaire du Programme de redressement de l’industrie dans le sillage de l’ESB s’ajoute aux fonds fédéraux-provinciaux de 460 millions de dollars annoncés en juin. Les fonds initiaux ont été dépensés pour doubler la capacité d’abattage à partir de la fin mai et faire entrer environ 725 000 bêtes sur le marché intérieur, tout en offrant de meilleurs revenus aux parcs d’engraissement et aux usines de transformation, compte tenu des prix considérablement bas. Avec la participation provinciale, le financement supplémentaire pourrait atteindre 60 millions de dollars.

« Les mesures que j’annonce aujourd’hui sont les toutes dernières de notre intervention continue relativement à la situation de l’ESB. Elles aideront l’industrie bovine canadienne en facilitant la transition vers la reprise des échanges, a indiqué M. Vanclief. Bien sûr, la meilleure solution, pour notre industrie, demeure le redémarrage complet des opérations commerciales le plus rapidement possible. Les efforts en ce sens se poursuivent sur de nombreux fronts. »

Grâce aux fonds supplémentaires dans le cadre du Programme de redressement de l’industrie dans le sillage de l’ESB annoncés aujourd’hui, les bovins et les autres ruminants vendus au plus tard le 17 août et abattus d’ici au 31 août 2003 seront couverts par le programme.

En plus de l’élargissement du programme de redressement, M. Vanclief a annoncé le versement de paiements anticipés aux producteurs à titre d’aide liée aux catastrophes, en application des accords bilatéraux signés avec les provinces qui ont déjà consacré des fonds aux cinq volets du Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA), soit la salubrité et la qualité des aliments, l’environnement, le renouveau, la science et l’innovation, et la gestion des risques de l’entreprise. Ces paiements anticipés constituent une mesure transitoire jusqu’à la mise en oeuvre complète des nouveaux programmes de gestion des risques de l’entreprise à l’échelle du Canada. Les fonds transitoires équivaudront à une partie des paiements attendus des producteurs pour cette année lorsque le nouveau Programme canadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA) entrera en vigueur.

Les provinces qui ont conclu des accords de mise en oeuvre reçoivent déjà des fonds au titre du CSA pour les volets autres que la gestion des risques de l’entreprise. L’octroi de fonds transitoires pour la gestion des risques de l’entreprise complète les autres volets du CSA.

Des discussions approfondies finales sont en cours avec les provinces qui n’ont pas encore injecté d’argent en vertu du CSA. Des accords devraient être conclus bientôt. Des fonds d’aide liée aux catastrophes seront offerts aux producteurs de ces provinces dès que celles-ci auront signé un accord.

« Une partie importante des producteurs touchés par la crise de l’ESB se trouvent dans des provinces qui ont déjà affecté des fonds au titre du CSA. Les mesures adoptées donnent aux agriculteurs accès à des fonds indispensables et contribueront à atténuer les incidences de la fermeture de la frontière », a affirmé M. Vanclief.

Les formulaires seront disponibles en septembre et les producteurs devraient recevoir leurs versements au début octobre. Les producteurs seront tenus au fait de la disponibilité des paiements anticipés et de la façon de participer par l’entremise de messages publicitaires, d’envois postaux et de séances d’information.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires