Ligne de temps

Moins de subventions aux agriculteurs américains

Le budget du gouvernement Obama envisage certaines réductions de dépenses obligatoires dans le budget qui a été déposé récemment au congrès américain. Les dépenses de subvention consacrées aux assurances récolte pourraient être revues à la baisse, une économie évaluée à 16G$ sur une période de 10 ans.

Le budget en entier du Farm Bill s’élève à 131G$ alors que le financement discrétionnaire du département américain à l’Agriculture est de 2,5 G$, soit 800M$ de plus que l’an dernier.

Parmi les principales rubriques, il est question d’allouer 450M$ à la recherche fondamentale et appliquée sur des sujets jugés prioritaires, dont la santé des pollinisateurs et la lutte contre la résistance antimicrobienne. Un autre 80M$ sera versé pour l’avancement scientifique de la biofabrication et de la nanocellulose.

D’autres investissements importants sont prévus pour l’inspection des aliments. Le gouvernement souhaite mettre sur pied une nouvelle agence d’inspection des aliments. Actuellement, l’USDA supervise l’inspection de la viande et des œufs transformés,tandis que la FDA veille à la salubrité de la plupart des autres aliments. La nouvelle agence serait formée au sein du ministère de la Santé et des Services sociaux des États-Unis. La lutte à la résistance antimicrobienne et de la lutte antiparasitaire du bétail recevrait une somme de 57M$.

Du côté agroenvironnement, 80M$ serviraient à la préservation des abeilles et des autres pollinisateurs, et 200M$ à la valorisation de la collaboration entre les différentes agences pour la préservation des bassins versants et la lutte contre l’érosion des berges

Les sommes les plus importantes sont par contre versées aux programmes d’aide alimentaire, dont 6,6G$ pour le Special Supplemental Nutrition Program for Women,Infants and Children (WIC).

Un investissement de 2,2G$ est aussi prévu dans les infrastructures publiques en milieu rural, 1G$ pour le développement régional (mesures de soutien destinées aux entreprises: accès au crédit, création d’emplois, développement économique, assistance technique, transition vers l’utilisation d’énergies propres et renouvelables, étendre le réseau Internet à large bandes) et 6G$ sous forme de prêts dans les coopératives rurales d’électricité et dans les services publics pour soutenir la transition vers l’utilisation d’énergies propres et renouvelables.

Source: BioClip

 

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires