Accès facilité aux embryons bovins américains

Le gouvernement canadien a annoncé qu’un nouvel accord avait été conclu avec non voisins du sud pour permettre aux embryons bovins issus de la fécondation in vitro des États-Unis d’entrer au Canada.

Auparavant, seuls les embryons bovins produits par fécondation in vivo (FIV) au Canada étaient accessibles aux éleveurs. L’entente est la première du genre conclu entre le Canada et un autre pays.

Selon les informations provenant du gouvernement canadien, les États-Unis sont le principal marché d’exportation de matériel génétique canadien. En 2013, le Canada a exporté du matériel génétique d’une valeur d’environ 37,5 millions de dollars vers les États-Unis, tandis que le Canada a importé pour 14,7 millions de dollars de matériel génétique des États-Unis.

L’Association canadienne de l’industrie du bétail et de la génétique a dit se réjouir de la nouvelle, puisque a technologie de FIV est une sphère d’activité qui prend de plus en plus d’importance dans le commerce du matériel génétique bovin.

Mélissa Bowers de Bovitech indique pour sa part que l’entente permettra un accès plus large à ce qui prévalait auparavant pour les éleveurs tout en relevant que ce marché était déjà accessible. « L’effet ici devrait être limité pour le moment puisque les éleveurs ont déjà la possibilité d’acheter la vache ou les embryons in vivo ». Les éleveurs canadiens des différentes races laitières se sont distingués lors de la dernière exposition agricole de Madison au Wisconsin, la Mecque en terme de génétique bovine. Plusieurs éleveurs québécois sont repartis avec les honneurs dans des les races Holstein, Ayrshire et Suisse Brune, ce qui démontre selon Mme Bowers que la génétique d’ici n’a rien à envier à celle des États-Unis.

« Il s’agit d’une opportunité de plus pour les producteurs spécialisés en génétique d’ici, l’entente ouvre une porte. Cela devrait toutefois donner accès à d’autres lignées génétiques. On verra dans quelle forme prendra la demande, si elle est stable ou fluctue dans le calendrier ».

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires