Soutien sincère de la population canadienne aux agriculteurs

Ottawa (Ontario), le 17 janvier 2000 – Les agriculteurs canadiens sont encouragés et très touchés par le soutien manifesté par des citadins canadiens qui assistaient hier à un concert intitulé « Hommage à la ferme familiale » au Air Canada Centre de Toronto.







Au début de l’automne, un sondage mené par la maison Angus Reid laissait entendre qu’une majorité de Canadiennes et de Canadiens avaient l’impression que les gouvernements n’appuyaient pas suffisamment les agriculteurs.


Cependant, Bob Friesen, président de la plus grande organisation agricole canadienne s’inquiète du fait que les gens au pouvoir ne reconnaissent pas cet appui. Au début de l’automne, même si un sondage mené par la maison Angus Reid laissait entendre qu’une majorité de Canadiennes et de Canadiens avaient l’impression que les gouvernements n’appuyaient pas suffisamment les agriculteurs, la volonté des dirigeants politiques du pays n’a pas changé.

« Des milliers de personnes ont assisté au concert pour montrer leur appui sincère aux agriculteurs qui vivent une période très difficile. Malheureusement, les gens au pouvoir n’ont manifesté aucun appui moral, et encore bien moins financier. Le climat politique empoisonné et l’absence de soutien envoient un message désobligeant à la collectivité agricole : ils ne se soucient plus de vous… le vote de quelqu’un d’autre est plus important que votre gagne-pain », affirme M. Friesen.

Le débat entre les hommes et femmes politiques fédéraux et provinciaux sur la part du financement des programmes d’aide agricole que chaque ordre de gouvernement devrait payer est futile, car le financement en soi ne répond pas adéquatement aux besoins actuels d’un si grand nombre d’agriculteurs. Les gouvernements canadiens accordent des subventions au revenu dont les montants sont deux fois à deux fois et demi plus faibles que celles offertes aux agriculteurs aux États-Unis et en Europe. Entre-temps, les consommatrices et les consommateurs canadiens peuvent se procurer des aliments dont les prix sont parmi les plus bas au monde grâce aux efforts des agriculteurs canadiens pour conserver leur efficacité et leur compétitivité à l’échelle internationale.

M. Friesen prévient qu’il ne faut pas que les gouvernements commentent l’imprudence de chercher la solution facile à court terme pour échapper aux pressions des Canadiennes et Canadiens qui veulent une solution à la crise du revenu agricole.

« Les gouvernements seront-ils prêts à payer les pertes de recettes d’exportation et les frais judiciaires en raison des inévitables différends commerciaux qui résultent des ” solutions faciles ” autant qu’ils le sont à obéir au souci électoral ?, demande M. Friesen. On a déjà laissé les agriculteurs seuls sans ressources pour faire concurrence aux Trésors publics des gouvernements étrangers, et les pousser à s’engager dans des poursuites commerciales serait le coup de grâce pour l’industrie. »

La Fédération canadienne de l’agriculture exhorte les gouvernements fédéral et provinciaux de cesser la folie de faire passer la politique avant le gouvernement et le souci électoral avant l’avenir des agriculteurs canadiens.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires