Taxe sur les flatulences du bétail en Nouvelle-Zélande

Auckland (Nouvelle-Zélande), 20 juin 2003 – La Nouvelle-Zélande a décidé d’imposer une taxe afin de contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre causées par les flatulences du bétail, ce qui n’est pas du tout du goût des éleveurs néo-zélandais.

La Nouvelle-Zélande abrite quelque 45 millions de moutons et 9,6 millions de bovins et leurs émissions de méthane représentent 50% des gaz à effet de serre qu’émet ce pays.

Une nouvelle taxe doit être imposée avant la mi-2004 et rapporter 8 millions de dollars néo-zélandais (4,5 millions de dollars) qui seront consacrés à un nouveau laboratoire de recherche sur les émissions de gaz agricoles. La Nouvelle-Zélande a promis de réduire ses émissions de gaz conformément au Protocole de Kyoto qu’elle a signé.

Mais les éleveurs sont furieux, affirmant que le secteur agricole paye déjà pour ses propres recherches. « Pour peu que je sache, nous sommes le seul pays à imposer une taxe de ce genre », a déclaré Tom Lambie, président de l’organisation agricole Federated Farmers, affirmant que les éleveurs néo-zélandais seraient désavantagés par rapport à leurs concurrents de pays moins écologiques.

Source : AFP

Commentaires