1,3 million de pondeuses

Le fumier des poules s'accumule au rez-de-chaussée. D'immenses ventilateurs le long du bâtiment de 595 pieds le font sécher. Photo : André Dumont

Regardez bien cette photo à droite. Arrivez-vous à deviner de quoi il s’agit?

Ces termitières en bas, c’est du fumier de poules pondeuses. En haut de l’image, on voit les poules dans leurs cages.

Bienvenue dans la fosse à fumier du poulailler numéro 5 du complexe de Stuart de Rose Acre Farms, à Stuart, en Iowa. Ce site compte 1,3 million de pondeuses, dans six bâtiments. D’autres sites de la même compagnie ont jusqu’à deux millions de pondeuses.

J’ai passé un bon quinze minutes dans la fosse au rez de chaussé du poulailler numéro 5, en compagnie d’Andrew Kaldenberg, le gérant du complexe, et de Kevin Vinchattle, le directeur général de l’Iowa Poultry Association. Plus tard dans la journée, j’avais un rendez-vous dans un café du centre-ville de Des Moines. Je vous jure que mes vêtements n’avaient aucune odeur de fumier.

Le bâtiment visité fait 595 pieds de long par 100 pieds de large. Les poules sont à l’étage, sur dix rangées doubles ayant chacune cinq cages de haut. C’est avec un échafaud sur roues qu’on accède aux cages les plus hauts, notamment pour y retirer les poules mortes.

Sous les quatre étages de cages supérieurs, le fumier des poules tombe sur des contreplaqués, qui sont grattés à intervalles régulier, pour le faire tomber dans la fosse. Les poules du « premier étage » du bas défèquent directement dans la fosse, qui occupe tout le rez-de-chaussée.

La fosse est vidée une fois par année. « J’ai une liste d’attente pour le fumier », dit Andrew Kaldenberg. Les producteurs des environs n’ont aucune difficulté à absorber tout ce fumier. C’est aussi dans les 50 milles à la ronde que Rose Acre Farms s’approvisionne en maïs et soya, directement des producteurs.

Démesuré, tout ça? Pour Andrew Kaldenberg, il s’agit bel et bien d’une production locale, bien intégrée dans son milieu. Seuls les œufs voyagent sur de grandes distances, partout aux États-Unis, parfois même jusqu’à Hong Kong.

L’Iowa est un géant de la production d’œufs. À lui seul, il en produit trois fois plus que le Canada. Si l’Iowa était un pays, il serait le 11e plus important producteur au monde, m’a dit Andrew Kaldenberg.

Savez-vous la meilleure? Le complexe de Stuart de Rose Acre Farms a récemment été infiltré! Un activiste s’y est fait embaucher avec des pièces d’identité qui n’étaient pas les siennes, puis il a filmé de supposés « mauvais traitements ». Andew Kaldenberg m’a tout raconté. Je vous garde cette histoire pour plus tard.

Cet après-midi, j’ai filé vers l’ouest, traversant l’Iowa jusqu’à sa frontière avec le Nebraska. Dans les champs avec de fortes pentes, les producteurs ont aménagé d’impressionnantes terrasses, pour atténuer l’érosion et faciliter la culture. Certaines terrasses font à peine douze rangs de large. Imaginez la batteuse s’y faufiler!

En arrivant ce soir à Sioux City, j’ai traversé la rivière Missouri en prenant la mauvaise sortie. Aux producteurs de la vallée du Richelieu : sachez que vous n’êtes pas les seuls inondés! À certains endroits le long de la rivière Missouri, l’eau arrive jusqu’à l’autoroute. Des fermes entières sont encore sous l’eau.

Kevin Vinchattle, directeur général de l'Iowa Poultry Association et Andrew Kaldenberg, président de l'association et gérant d'une ferme de 1,3 million de pondeuses à Stuart, en Iowa. Photo : André Dumont

Commentaires