L’art de labourer sans se fatiguer

“Il y en a plusieurs qui essaient de s’en débarrasser sur un tas de roches mais on dirait qu’on finit toujours par la ressortir en se disant qu’un petit coup de charrue ne ferait pas de tort”. Celui qui vient de lancer ce commentaire plein d’humour est Mario Tardif, enseignant au département de technique de gestion agricole du Cégep de Lévis-Lauzon. Il a donné il y a deux semaines une clinique sur l’ajustement de la charrue à versoirs. Bien que le chiesiel et le semi-direct gagnent en popularité, la charrue est toujours utilisée, surtout dans les cultures bio et les petites parcelles.

Difficile de bien labourer? Plusieurs comparent les labours à une forme d’art et les bienfaits sont nombreux lorsque le travail au sol est bien fait: élimination des mauvaises herbes, décomposition accéléré des résidus et nivellement optimum pour la préparation du champ au printemps prochain.

Selon M.Tardif, l’erreur la plus commune est le mauvais ajustement des roues du tracteur, soit par ignorance ou manque de temps. “Un écartement inadéquat va briser la relation entre le tracteur et la charrue (…) Cela va aussi rendre le tracteur épuisant à conduire puisque la charrue n’est plus enlignée”, indique M.Tardif. Le calcul à faire pour connaître le bon écartement des roues est assez simple: +9 x 2 la largeur du versoir pour savoir la distance à respecter entre les deux pneus arrières pour le tracteur. En ce qui a trait aux roues avant, la largeur sera de 0 à 4 pouces de plus qu’à l’habitude. Il faut viser un labour relativement dressé avec enfouissement des résidus et la profondeur de travail doit être égale à la moitié de la largeur de travail du versoir.

L’usure des pièces est un autre élément négligé. “On va souder des pièces de métal ou on va user au maximum l’équipement pour économiser mais les pièces de la charrue ont été conçues spécialement pour cette dernière. Avec le temps, les pièces subissent de l’abrasion et peuvent rendre la charrue instable”, explique le professeur.

Quelques conseils de plus

La section Chaudières-Appalaches a également rendu disponible les grandes lignes à considérer dans l’ajustement d’une charrue. Et si on désire plus de références? “On peut toujours se référer au manuel d’utilisation de la charrue! Il existe aussi de nombreuses sources d’information sur Internet”, lance M.Tardif. Ou sinon, il faudra s’inscrire à la prochaine clinique sur le sujet faite par M.Tardif.

L’état de la charrue

  • s’assurer du bon état de chacune des pièces fixes et d’usure en plus de lubrifier les pièces mobiles de la charrue.
  • monter l’arbre transversal correctement.
  • vérifier l’uniformité de la largeur de travail, le dégagement « sous-âge », le parallélisme des versoirs et le positionnement des coutres, ainsi que le bon fonctionnement du mécanisme de protection et au réglage des autres accessoires.

Ajustements de la charrue au champ

  • première opération: abaisser la charrue, puis  procéder à un réglage préliminaire en raccourcissant la chandelle droite du tracteur de manière à incliner la charrue vers la gauche.
  • Une fois la première profondeur de travail obtenue, il faut dans l’ordre:
    • placer la charrue de niveau, dans le sens de la largeur et de la longueur,
    • régler la largeur du premier sillon, la roue de profondeur et le contrôle d’effort du tracteur.

Source: MAPAQ

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires