CAAAQ : La Fondation Lucie et André Chagnon s’engage à investir 50 M $ pour appuyer une réglementation sur l’information alimentaire

Montréal (Québec), 5 septembre 2007 – Dénonçant les énormes coûts sociaux qui découlent d’une mauvaise alimentation, M. André Chagnon, président du conseil et chef de la direction de la Fondation Lucie et André Chagnon, réclame une intervention gouvernementale pour obliger les chaînes de restauration rapide et les fabricants d’aliments transformés à fournir aux consommateurs une information nutritionnelle claire et facile à comprendre.M. Chagnon a également profité de son passage devant la Commission surl’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois pour annoncerl’intention de la Fondation Lucie et André Chagnon d’investir 50 millions $ aucours des dix prochaines années afin d’appuyer l’intervention gouvernementaleréclamée et de sensibiliser la population aux avantages et aux bienfaits d’unesaine alimentation.

« On ne se rend pas compte que les plats appétissants que nous proposentles chaînes de restauration rapide comportent bien souvent plus de la moitiédes calories recommandées pour toute une journée. L’adolescent qui commande unsuper milkshake ignore généralement qu’il s’apprête à ingurgiter plus de1000 calories alors qu’un hamburger, une portion de frites et une boissongazeuse de format moyen en contiennent moins de 650… », a expliquéM. Chagnon. Une étude américaine(1) a démontré par ailleurs que même lesnutritionnistes expérimentés se trompent souvent en sous-estimant le contenucalorifique des repas de restauration rapide. « Comment peut-on espérer que lapopulation fasse des choix éclairés si on ne lui fournit pas l’informationnécessaire? », a-t-il ajouté, grandement préoccupé par ces questions sociales.

Le Dr Michel Boivin, professeur à l’Université de Montréal,gastro-entérologue spécialisé en nutrition et directeur du départementPromotion de la santé à la Fondation, est également intervenu devant laCommission. Selon lui, les statistiques sont alarmantes alors que 34 % desQuébécois souffrent d’embonpoint et que 22 % sont obèses(2). « Il est trèsdifficile de traiter le surpoids. Et la probabilité que l’obésité infantilepersiste à l’âge adulte est de 20 % à 4 ans et de 80 % à l’adolescence(3)! Lamauvaise nutrition et la sédentarité sont des facteurs importants dedéclenchement de plusieurs maladies telles que le diabète, les maladiescardiovasculaires et même certains cancers. En fait, elles se classent ausecond rang des principales causes identifiables de décès(4). Il faut donctout mettre en oeuvre pour la prévenir! »

Témoignant également pour la Fondation Lucie et André Chagnon, Me MichelJolin, expert en matière de droit à l’information, a déclaré que « les enjeuxde santé publique sont tels qu’ils commandent que le droit du consommateur àl’information soit non seulement inscrit dans nos lois, mais qu’il devienneenfin réalité. L’Etat doit donc légiférer dès maintenant pour imposer desmesures coercitives qui, seules, auront un effet immédiat, bénéfique etmesurable ». La Fondation Lucie et André Chagnon demande donc au gouvernementd’obliger les chaînes de restauration rapide à inscrire clairement aux menusaffichés le nombre de calories de chaque produit. La Fondation réclame, enoutre, qu’on adopte au Canada, comme cela se fait déjà en Angleterre, un codevisuel simple et facile à comprendre apposé sur le devant des emballages pourque les consommateurs puissent distinguer rapidement en épicerie les produitstransformés qui sont sains.

Selon André Chagnon, « le gouvernement a saisi l’urgence de la situationet la nécessité de prévenir l’obésité et les coûts qu’elle engendre. A lasuite des recommandations de la Commission Perreault, le gouvernement duQuébec a établi un partenariat avec la Fondation pour mettre en place dessolutions afin de combattre ce fléau. Cette décision a permis la création duFonds paritaire d’une valeur de 400 M $ en dix ans et l’adoption en juin 2007de la Loi instituant le Fonds pour la promotion des saines habitudes de viequi s’inscrivent dans la foulée du programme interministériel Investir pourl’avenir. Toutefois, en concertation avec le gouvernement, nous devonsmaintenir nos efforts afin de poursuivre ce combat essentiel pour l’avenir denotre société ».

Bien conscient qu’une intervention législative devra être soutenue etappuyée par une campagne intensive d’information publique, M. Chagnon s’engagedonc, au nom de la Fondation, à verser sur 10 ans 50 M$, dont l’impactpourrait être augmenté avec la participation de partenaires, pour maximiser lechangement de comportements alimentaires. « Une réglementation des chaînes derestauration rapide et des transformateurs alimentaires ne se substituera pasau libre choix des consommateurs. Toutefois, ces campagnes de sensibilisationpermettront de favoriser les changements d’habitude, comme l’ont fait lescampagnes contre l’alcool au volant ou celles contre le tabagisme », a-t-ilconclu.

A propos de la Fondation Lucie et André Chagnon
La Fondation Lucie et André Chagnon souhaite contribuer au développementet à l’amélioration de la santé par la prévention de la pauvreté et de lamaladie, en agissant principalement auprès des enfants et de leurs parents.Dans cette perspective, la Fondation s’est donnée pour cible à atteindre laréussite scolaire des jeunes Québécois dans un environnement où prévalent desaines habitudes de vie.

(1) Backstrand et coll., 1997 Les évaluations des diététistes sous-estimaient de 28 à 48 % la valeur calorifique des plats étudiés.
(2) Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, cycle 2.2, 2004, fichiers de microdonnées de partage
(3) Shumei et al., Tracking of body mass index in children in relation with adult weight in adulthood, The American Journal of Clinical Nutrition, Vol. 70, No. 1, 145S-148S, July 1999
(4) A.H. Mokdad et autres, « Actual causes of death in the United States, 2000, » Journal of the American Medical Association, vol. 291, no 10, mars 2004, pp. 1238-1245.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ)
http://www.caaaq.gouv.qc.ca/

Fondation Lucie et André Chagnon
http://www.fondationchagnon.org/

Commentaires