C’est le temps d’engranger… à la banque

L’économiste agricole Matt Roberts, de l’Université de l’Ohio, prévoit que les revenus tirés de la vente des récoltes iront en diminuant dans les prochaines années, d’où la nécessité d’économiser en vue de jours plus difficiles. M. Roberts a fait part de ces commentaires lors d’une conférence présentée au congrès de la American Farm Bureau Federation ayant cours cette semaine au Texas.

Selon M. Roberts, plusieurs producteurs agricoles  ont réussi à tirer leur épingle du jeu à la suite de la hausse des produits de base depuis 10 ans. De nouveaux facteurs risquent toutefois de changer la donne drastiquement.

La forte demande pour le maïs et le soya ont mené des pays comme l’Ukraine à mettre en production des terres inutilisées avec comme conséquence une nouvelle abondance du côté de ces grains. M. Roberts entrevoit aussi que la demande de maïs pour la transformation en éthanol va au mieux se stabiliser. La Chine pourrait toutefois augmenter ses achats en maïs pour la consommation animale.

Par conséquent, les marchés des grains prendront quelque temps à se stabiliser afin d’intégrer ces nouveaux éléments dans l’équation des prix. Dans les prochaines années, l’économiste prévoit toutefois une baisse significative des prix, surtout en comparaison avec ceux affichés dernièrement.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires